Assurance moto

Lyon : EELV veut lancer la première autoroute à vélo de l'agglomération

Publié par le , Mis à jour le 17/11/2021 à 10:18

À Lyon, les Verts (EELV) veulent réaliser l'une de leurs promesses électorales : l'installation du REV (Réseau Express Vélo), 150 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires pour ainsi créer la première autoroute à vélo de l'agglomération lyonnaise. Le dispositif devrait être entièrement déployé d'ici à 2026, avec un budget de 100 millions d'euros.

Un REV (Réseau Express Vélo) pour couvrir toute l'agglomération lyonnaise

Bonne nouvelle pour les cyclistes de la capitale des Gaules : 150 kilomètres de pistes cyclables devraient être ajoutés au réseau déjà existant. Ainsi, le REV (Réseau Express Vélo) devrait au total représenter d'ici à 2026 250 kilomètres de pistes cyclables couvrant toute la métropole lyonnaise, ses 59 villes jusqu'au centre de Lyon.

Le premier tronçon du REV a donc été acté. Il devrait relier Vaulx-en-Velin à Saint-Fons en longeant pour les berges du Rhône pour une grande partie de son tracé. Plus précisément, il partira de la vallée de la chimie jusqu'à la Halle Tony Garnier pour ensuite joindre le pont Gallieni, pour suivre le Rhône en passant par l'Université Lyon 3, le pont de la Guillotière, la passerelle du Collège, le Pont Winston Churchill et le Campus de la Doua. Il permettra enfin d'arriver au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin. Les travaux débuteront courant octobre 2021 et les premières pistes devraient être livrées à partir de mars 2022.

Une autoroute à vélo pour tripler la pratique de la petite reine

« On veut tripler les déplacements en vélo d'ici 2026, c'est ambitieux mais c'est possible », explique Bruno Bernard, président EELV de la métropole lyonnaise. Sur les 250 kilomètres annoncés, 100 kilomètres existent déjà, « peu ou prou » au format du tracé à venir, d'après Fabien Bagnon, vice-président de la métropole chargé de la voirie et des mobilités actives. Les pistes de l'autoroute à vélo feront donc entre 3 et 4 mètres de large selon l'endroit et seront entièrement séparées de la circulation routière par des bordures.

Les enjeux sont multiples. Pour Bruno Bernard, le « manque d'infrastructures cyclables sécurisées » dans l'agglomération lyonnaise représente un « frein à la pratique du vélo », alors que la demande est bien présente. En effet, « hors confinement, la fréquentation cycliste a augmenté de 30 % l'an passé par rapport à l’année 2019. C'est le seul mode dont le nombre de déplacements a augmenté », précise l'élu. Un tracé plus sécurisé devrait donc encore stimuler la pratique de la petite reine.

Pour la maire PS de la commune Hélène Geoffroy, l'enjeu est également social. « C'est un enjeu majeur pour désenclaver les quartiers populaires », s'enthousiasme-t-elle. « Le réseau express vélo permettra d'apporter une attention particulière aux habitants les plus fragiles économiquement qui souffrent de précarité de mobilité. C'est une solution de déplacement efficace, bon marché, disponible 24h/24 et 7 jours sur 7 », ajoute Fabien Bagnon.

Toutefois, certains aspects des travaux inquiètent. « Il n'y a pas la place de faire passer le REV par la grande rue d'Oullins comme c'est prévu. Il est question de mettre les voitures en sens unique, ou de raccourcir les trottoirs mais ça, ça ne me va pas », remarque Clotilde Pouzergue, maire d'Oullins dans les colonnes de Rue 89 Lyon. Une concertation avec les 59 maires de l'agglomération lyonnaise et les associations d'usagers doit donc se tenir pour décider du tracé du reste du réseau. Le vélo français a le vent en poupe !

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance moto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES