Assurance moto

Que faut-il savoir avant de procéder à un retrofit vélo ? Réponse avec Jean-Pascal Plumier, fondateur d'OZO

Publié par le

Le retrofit vélo est cette pratique qui consiste à électrifier un vélo grâce à un kit de conversion. Il en existe différents modèles avec différents systèmes pour s'adapter à de multiples modèles de vélos et pratiques. Mais sur quelles sont les choses essentielles à savoir avant de procéder à une conversion ? Avantages, choix du kit, homologation, assurance... Jean-Pascal Plumier, fondateur d'OZO Electric, entreprise spécialisée dans le retrofit vélo, répond à toutes nos questions.

Quels sont les avantages du retrofit pour un vélo comparé à l'achat d'un vélo clé en main ?

Le premier avantage est l'aspect financier : le retrofit entre 2 et 3 fois moins cher que l'achat d'un vélo électrique « clé en main ». D'autant plus que beaucoup de gens ont un déjà vélo qui traîne au fond du garage. Électrifier un vélo coûte entre 800 et 1000 euros, là où le prix moyen des vélos électriques en 2020 était de l'ordre de 2000 euros. Si l'on veut un VTT électrique, c'est en général entre 3000 et 6000 euros, donc il y a quand même de belles économies à la clé.

OZO a connu une forte croissance en 2020, post-Covid, car il y a eu d'une part une grosse augmentation des prix des vélos musculaires comme électriques. Cette augmentation s'explique par l'augmentation du prix des matières premières, du fret maritime et les chaînes de production sont complètement saturées avec des manques de composants, notamment électroniques. Les grandes marques de vélo se sont retrouvés pour beaucoup en rupture de stock. En 2020 chez certains généralistes comme Décathlon, le rayon vélo était vide.

De notre côté, avec nos solutions, nous ne nous sommes pas retrouvés en pénurie. Donc les gens qui cherchaient à acheter un vélo électrique se sont rabattus sur les solutions de retrofit avec les kits OZO notamment.

Nous avons été les premiers en 2010 à introduire ce principe de kit électrique pour vélo. À cette époque, les vélos électriques n'existaient quasiment pas, en dehors de quelques modèles asiatiques. De notre côté, on avait tout misé sur l'économie circulaire et on trouvait dommage d'avoir à relancer complètement la fabrication d'un vélo complet, alors qu'il y avait déjà pléthore de vélos en circulation sur notre territoire. Donc, plutôt que de refabriquer un vélo complet, on s'est dit : « pourquoi ne pas ajouter un moteur et une batterie ? »

Nous avons récemment été lauréats de la Fondation Solar Impulse, qui retient 1000 entreprises au niveau mondial sur le côté empreinte carbone. D'après leurs calculs, l'empreinte carbone d'un kit OZO, qui est à 80 % produit en France, a une empreinte carbone 2 fois plus faible qu'un vélo électrique clé en main. Pour mesurer l'empreinte carbone, tout compte : peinture du cadre, fabrication, transport maritime... Parce que pour un container de 20 pieds, on peut faire venir 40 vélos. Dans le même container container, je peux mettre 2 000 moteurs. Donc il y a également un avantage en termes d'empreinte carbone.

Que faut-il vérifier avant de convertir son vélo ?

Chez OZO, on a développé toute une gamme de motorisation qui nous permet aujourd'hui d'électrifier 99 % des vélo. Pourquoi 99 % ? Parce qu'on a une trentaine de moteurs différents pour répondre aux différents standards de boîtier pédalier, de d'axe de roue arrière, de roue avant : des moteurs roue arrière, roue avant, pédalier. Le 1 % restant est uniquement des vélos très exotiques : en transmission courroies, vélos américains avec frein à rétropédalage par exemple... des choses qu'on voit quasiment jamais en France.

Donc il n'y a pas grand chose à vérifier côté client quand ils viennent chez nous. Ils peuvent nous appeler ou nous envoyer un mail en précisant le modèle du vélo. En fonction du modèle du vélo et de leur profil, on peut leur proposer tel ou tel kit. Autre avantage pour le client : on propose un kit à la carte sur mesure, notamment en ce qui concerne l'autonomie.

Quand vous achetez un vélo clé en main, on vous propose par exemple une batterie 500 Wh, qui vous permet de faire entre 50 et 100 km. Cela répond à 80% au besoin de la plupart des gens, mais certains envisagent des voyages au long cours. Certains coursiers font 150 km dans la journée.Pour eux, une batterie de 500 Wh ne suffit pas. Chez nous, le client peut nous parler de ses besoins. Et comme on fabrique les batteries en France à la commande, il peut choisir véritablement la batterie qui convient à son utilisation.

Comment choisir son kit pour transformer son vélo en vélo électrique ?

Il faut prendre en compte 3 critères simples. Tout d'abord, il y a le modèle du vélo, pour pouvoir trouver un kit compatible.

Ensuite, il y a le profil du cycliste : une jeune fille de 40 kilos ou un homme de 120 kilos n'auront pas les mêmes besoins. Évidemment, en fonction du gabarit, on ne propose pas les mêmes moteurs.

Enfin, il y a la topologie du parcours : distance et dénivelé. Est-ce que le client fait du vélo en haute montagne avec du fort dénivelé, où est-ce qu'il roule au bord de la mer, dans les Landes, sur du faux plat montant ?

Un article de l'UFC-Que Choisir explique qu'en général, un retrofit fait perdre l'homologation à un vélo. Qu'en est-il ?

Tout à fait, du moins c'est en partie vrai. Après, il y a un amalgame qui se fait entre le kit pour vélo que vous achetez sur Amazon ou Aliexpress et un kit par exemple comme un kit OZO. Le kit acheté chez OZO, si c'est pour une utilisation sur routes ouvertes, c'est à dire en ville ou sur n'importe quelle route, convient. La législation concernant les vélos électriques :

  • 250 watts de puissance maximum ;
  • il faut qu'il y a un détecteur de pédalage au niveau du pédalier : dès que le cycliste pédale, le moteur s'enclenche, dès qu'il arrête de pédaler, le moteur s'arrête ;
  • 25 km/h en vitesse maximum.

Ce sont les critères techniques qui vont faire qu'un vélo traditionnel va être assimilé, et notamment auprès des assureurs en tant que vélo traditionnel. De facto, pour s'assurer, une assurance habitation classique suffit.

Il y a aussi les critères technologiques. Il faut que le kit en question soit homologué 15194, la fameuse norme qui certifie que le vélo électrique a passé tous les tests, notamment de puissance et de compatibilité électromagnétique. Chez OZO, nos kits 250 watts sont homologués 15194.

D'ailleurs, la plupart des communes et des grandes agglomérations françaises comme Paris, Lyon, Montpellier, Bordeaux, Toulouse, ont étendu leur aide à l'achat d'un vélo électrique clé en main aux kits de conversion. Par contre, dans leurs critères, il faut que le kit de conversion soit homologué EN 15194. Donc exit les kits Amazon, Aliexpress ou autres, ainsi que bon nombre de kits vendus par des marques françaises, parce que l'homologation 15194 n'est pas donnée. Ça nous a coûté plusieurs milliers d'euros pour pour l'avoir, ainsi que 6 mois d'attente pour l'obtenir.

Vaut-il mieux faire appel à un professionnel pour convertir son vélo en vélo électrique ?

Justement, il est demandé pour obtenir l'homologation que l'installation soit faite par un professionnel du cycle, pour le côté sécurité. Il est vrai que tout le monde n'est pas forcément bricoleur. C'est toujours mieux que le professionnel donne son expertise quant au montage, et notamment sur la résistance du cadre par rapport au moteur. Donc en étant sur un kit homologué installé par un professionnel, les assureurs devraient logiquement vous assurer sur la route.

La DGCCRF a notamment fait un article sur les kits de conversion en précisant que l'homologation des kits était obligatoire et que l'installation par un professionnel était une préconisation. Une préconisation pour éviter tout conflit avec l'assureur. Après, certains assureurs assurent même si le kit a été monté par le cycliste lui-même, tandis que d'autre refusent si le montage n'a pas été fait par un professionnel.

Il faut dire que toutes les compagnies d'assurances n'ont pas les les mêmes critères de sélection des dossiers. Il y en a qui refusent encore complètement d'assurer quelqu'un qui aurait fait ou fait faire un retrofit. Ils ne veulent assurer que les vélos clé en main. C'est environ 30 à 40 % des agents d'assurance, et même pas forcément des assureurs. J'ai certains clients assurés chez la MAIF et d'autres, toujours chez la MAIF mais dans une agence différente, qui ont vu leur demande d'assurance rejetée. Il y a encore un flou à ce sujet.

Si c'est un professionnel qui fait le retrofit, la garantie constructeur est transposée sur la garantie du professionnel, qui lui est un professionnel du métier, donc obligé de faire les choses dans les règles de l'art. Et c'est à lui de prendre en charge tout défaut de montage ou autre, de bien vérifier l'homogénéité du montage. C'est à dire qu'il va vérifier en premier lieu le vélo en lui-même : fourche, freins, soudures du cadre. Est-ce que tout ça est compatible avec une électrification ?

Modifier son vélo en installant un kit de conversion n'annule-t-il pas sa garantie constructeur ?

Si, totalement. Le constructeur s'en lave les mains. Il vend un vélo traditionnel sans moteur. Ajouter un moteur dessus est modification majeure, donc vous perdez la garantie.

Après, si c'est un professionnel qui fait le retrofit, la garantie constructeur est transposée sur la garantie du professionnel, qui lui est un professionnel du métier, donc obligé de faire les choses dans les règles de l'art. Et c'est à lui de prendre en charge tout défaut de montage ou autre, de bien vérifier l'homogénéité du montage. C'est à dire qu'il va vérifier en premier lieu le vélo en lui-même : fourche, freins, soudures du cadre. Est-ce que tout ça est compatible avec une électrification ?

C'est donc l'installateur qui prend la responsabilité et donc s'il y a un problème sur le vélo, il faudra aller voir l'installateur et pas le constructeur.

Un retrofit n'est-il pas trop contraignant et/ou dangereux quand effectué sur un vélo bas de gamme ?

Cela dépend de que vous entendez par « vélo bas de gamme ». Pour moi, c'est un vélo à moins de 100 euros acheté en grande surface. Après, dans les grandes surfaces spécialisées, Décathlon, Go Sport, Intersport ou autres, on trouve de très bons vélos avec des cadres robustes pour 250-300 euros. Pour autant, certains considèrent qu'un vélo à 300 euros, c'est du bas de gamme. Mais je peux vous certifier qu'un vélo à 300 euros acheter dans ces enseignes de distribution française, les cadres sont assez solides pour recevoir un moteur de 250 watts.

Après effectivement, je déconseille tout ce que vous pouvez trouver chez Carrefour, Intermarché, Auchan ou autres pour 80 euros. Il ne faut pas s'amuser à monter un moteur dessus. Il ne faut même pas s'amuser à rouler dessus parce qu'en général, dès le premier trottoir qu'on va descendre, on va tordre les deux roues.

Donc cela laisse quand même une grande amplitude pour choisir un vélo. Avec mon vélo du quotidien, j'ai fait 35 000 km avec un moteur dessus. Je l'ai acheté chez Go sport à 390 euros. Je n'ai eu aucun problème en 10 ans d'utilisation.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance moto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}