Assurance moto

Quelle avancée pour la moto autonome ?

Publié par le

La moto autonome : où en est-on ?

Véhicules volants ou qui se conduisent seuls, c’est souvent ainsi que l’on imaginait les années 2000. Alors, si nous nous concentrons sur la moto, comment a-elle évolué ces dernières années ? Où en est-on de la moto autonome ? Assurland fait le point.

La moto autonome au fil des années

En 2015, Yamaha travaillait sur la Motobot

À l’occasion du 44ème Tokyo Motor Show qui s’est déroulé au Japon en 2015, le constructeur Yamaha a présenté un nouveau concept : le Motobot. Comme son nom l’indique, il s’agissait d’un robot qui pilotait seul une moto, grosse cylindrée, à grande vitesse. Si à l’époque le deux-roues roulait à faible allure et arborait des petites roulettes latérales pour éviter les chutes dans les virages, la marque japonaise avait pour ambition de dépasser les 200 km/h sur circuit. Le but final étant de tester et améliorer la sécurité et le support des pilotes de moto.

Voiture autonome : quelle prise en compte des motards ?

En 2016, le développement de la voiture autonome suit une importante cadence chez les constructeurs. Les tests s’enchaînent, mais qu’en était-il de la relation entre ces voitures et les deux-roues ? La technologie de voiture semi-autonome et 100 % autonome ne devait pas seulement lire les panneaux ou encore programmer les trajets, elle devait également prendre en compte son environnement. Si la considération des piétons lorsqu’ils traversent est généralement prise en compte, les associations motocyclistes appelaient elles aussi à penser aux motos et autres deux-roues.

La Fédération Européenne des Associations de Motocyclistes communiquait d’ailleurs ses inquiétudes à Tesla, notamment à la suite d’un accident avec un motard, et aux autorités. La FEMA est parvenue à se faire entendre et à faire passer le message que des tests de circulation avec des deux-roues pour les homologations à échelle européenne devront être mis en place.

AB Dynamics utilise un scooter autonome pour tester le système ADAS

La société AB Dynamics a développé en 2018 un scooter autonome en partenariat avec la startup AutoRD. Ce deux-roues, qui a été conçu à partir d'un modèle BMW C1, doit permettre de tester d’autres types de véhicules autonomes ainsi que le système d’assistance au pilotage ADAS (advanced driver assistance systems). Il permet “une plus grande précision, la répétabilité et la cohérence entre les tests que tout pilote humain pourrait réaliser”, indique Richard Simpson. Si le scooter disposait déjà d’un ABS ainsi que d’un embrayage automatique, de nombreux capteurs ont été ajoutés. Un moyen de gérer la direction, le freinage, ou encore l’accélération de ce modèle de BMW C1.

 

 

2018 : BMW Motorrad présente le deux-roues sans pilote

Après Yamaha et son Motobot, BMW Motorrad présentait à l’occasion du “BMW Motorrad Techday” le R 1200 GS autonome conçue et développée par BMW Motorrad, filiale de BMW dédiée à la moto et au scooter. Sur le circuit d'essais de Miramas, dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, le R 1200 GS a prouvé qu’il était en mesure d’effectuer démarrage, accélérations, ralentissements et arrêt sans la moindre aide extérieure. Une démonstration vraiment convaincante.

Cependant, BMW Motorrad a fait savoir que ce modèle de deux-roues autonome n’était pas destiné à une production en série. En effet, il avait pour but de servir à mettre au point et à développer les prochains “systèmes et fonctions” qui rendront la pratique de la moto à la fois plus sûre, plus confortable et plus plaisante.

En 2020, où en est la moto autonome ?

À l’occasion du CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas, Damon présente son nouveau modèle électrique et intelligent, le premier du marché. Composée de nombreux capteurs, cette moto analyse son environnement et a la possibilité de prévenir son conducteur si un danger est détecté. Ayant la possibilité d’analyser jusqu’à 64 véhicules en même temps, ce deux-roues informe en cas de ralentissement ou de détection d’un véhicule dans un angle mort par exemple. Comment ? Grâce à des signaux lumineux ou en faisant vibrer les poignées de l’engin.


De plus, avec son moteur électrique de 200 chevaux, l’Hypersport de Damon permet de monter jusqu’à 320 km/h. Le tout, avec une autonomie supérieure à 300 kilomètres sur autoroute.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES