Aide à la complémentaire santé : des contrats non adaptés

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Aide à la complémentaire santé : des contrats non adaptés

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Aide à la complémentaire santé : des contrats non adaptés

|
Consultations : 1061
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) a récemment mené l’enquête sur l’aide à la complémentaire santé. Entre autres griefs, l’établissement public pointe du doigt la mauvaise couverture des différents contrats ainsi qu’un reste à charge trop important. Coup de projecteur.

Une prise en charge qui varie avec l’âge

Permettant aux foyers les plus modestes de pouvoir bénéficier des avantages d’une bonne assurance santé, l’ACS s’accompagne toutefois d’un reste à charge élevé selon la CNAM. Ainsi, il représenterait environ 400 euros par an et par foyer.

En pratique, il faut savoir que la prise en charge proposée dans le cadre de l’ACS varie en fonction de l’âge du bénéficiaire : elle représente un « chèque santé » de 100 euros pour les moins de 16 ans, 200 euros jusqu’à 49 ans, 350 euros jusqu’à 59 ans et 550 euros au-delà de 60 ans.

En outre, les contrats ACS s’accompagnent d’un coût non négligeable pour les assurés. En effet, les frais prélevés par les mutuelles, assureurs et autres institutions de prévoyance représentent plus que ceux du régime général. D’après la CNAM, « le rapport entre le remboursement des assureurs complémentaires et la prime versée est de l’ordre de 70 % ». Les 30 % restants ne sont pas mis à profit pour rembourser les soins mais pour le paiement des frais de gestion…

Des frais de santé mal remboursés

Aide à la complémentaire santé : qu'en pense la CNAM ?Ce nouveau rapport évoque aussi la mauvaise couverture offerte par les contrats ACS. Si le principal intérêt de ces contrats est la prise en charge du ticket modérateur pour les soins courants ainsi que le reste à charge à l’hôpital, l’optique, les soins dentaires et les appareils auditifs sont mal pris en charge.

En effet, 47 % des bénéficiaires de l’ACS optent pour des formules de mutuelle d’entrée de gamme qui n’offrent qu’une protection minimale. D’où, un important renoncement aux soins et des frais de santé non négligeables pour ceux qui décident de se soigner malgré tout. Selon la CNAM, 6 % des assurés ACS qui ont eu besoin de prothèses dentaires ont dû composer avec un reste à charge de 400 euros en moyenne correspondant à la moitié des frais. Ainsi, le remboursement des prothèses dentaires laisse à désirer. En matière de soins optiques, le reste à charge atteint 140 euros.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS