Assurance santé

Alcool : 54 % des Français favorables à une hausse des prix

Publié par le

81 % des Français souhaitent une modification de l'étiquetage des boissons alcoolisées

D’après un sondage publié par la Ligue nationale contre le cancer 54 % des Français sont favorables à une hausse du prix des produits contenant de l'alcool. Pour lutter contre leurs méfaits, l’abandon de la publicité et la modification de l’étiquetage sont également plébiscités.

Alcool : 7 Français sur 10 favorables à l’interdiction de publicité

Comment combattre les méfaits de l’alcool ? Pour de nombreux Français, s’attaquer au prix est la solution. D’après un sondage réalisé par Opinionway pour la Ligue nationale contre le cancer, 54 % des Français approuvent l’augmentation du prix de l’alcool pour des raisons de santé publique. Une hausse qui tarif devrait s’inspirer des campagnes antitabac, puisque 58 % des sondés se déclarent favorables à l’instauration d’une taxe. Il s’agirait d’un moyen de « compenser les dépenses de santé liées à la consommation d’alcool ». Autre solution plébiscitée par 7 Français sur 10, l’interdiction de totale de la publicité.

Alors que l’alcool demeure le second facteur de risque de cancer (derrière le tabac), de nombreux Français n’ont pas conscience des risques. Les sondés sont en effet 54 % à considérer ne prendre aucun risque en consommant de l’alcool. Pour une meilleure prévention, 81 % souhaiteraient une modification de l’étiquetage. Pour eux, les risques devraient être mentionnés sur l’étiquetage des boissons alcoolisées.  

L’industrie de l’alcool, un poids économique et culturel

Des risques qui ne proviennent pas que des boissons alcoolisées en elles-mêmes. Selon l’enquête, les Français se méfient de l’industrie de l’alcool. Première critique : l’importance du lobbying. Pour 77 % des sondés, les pouvoirs publics sont influencés par les producteurs de boissons alcoolisées. A cela il faut ajouter le poids économique de l’industrie de l’alcool (77 %). Deux facteurs qui entraineraient un trop grand laxisme. Pour 68 % des sondés, le poids financier, mêlé à celui culturel, favoriserait une « tolérance excessive » pour les excès liés à l’alcool. Des critiques qui font échos à celles visant Emmanuel Macron en mars dernier. Pour plusieurs professionnels de santé, le Président de la République avait cédé aux lobbies du vin en déclarant « boire du vin midi et soir » et qu’il n’y aurait pas « d’amendement pour durcir la loi Evin ».

3 mesures pour lutter contre la consommation excessive d’alcool

Si en France la consommation d’alcool ne cesse de reculer, elle reste malgré tout bien trop importante. Selon l’enquête « Constances », présentée lors d'un colloque organisé par la Mildeca, la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, un tiers des hommes de moins de 35 ans est dépendant à l’alcool. Un nombre bien trop élevé. Pour lutter contre ce phénomène, la Ligue contre le cancer milite pour l’instauration de trois mesures : une « taxation au gramme d’alcool », un « étiquetage spécifique sur les risques liés à la consommation d’alcool » ainsi qu’une « interdiction totale de la publicité des produits alcoolisés, internet compris ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES