Assurance santé

Alcool : des médecins et spécialistes de santé proposent 10 mesures

Publié par le

Ces médecins veulent mieux informer sur la dangerosité de l'alcool

Des médecins, militants et professionnels de santé viennent de signer une lettre ouverte dans laquelle ils proposent « 10 mesures efficaces pour protéger des risques de l’alcool ». L’instauration d’un prix plancher ou une meilleure indication de la quantité d’alcool sont des mesures évoquées.

Fixer un prix plancher sur l’alcool

Les débats sur la dangerosité de l’alcool se font de plus en plus nombreux. Quelques jours après une tribune rappelant les dangers de l’alcool dans colonnes du Figaro, les professionnels de santé suggèrent cette fois-ci « 10 mesures efficaces pour protéger des risques de l’alcool ». Parmi elles, les médecins et militants proposent de fixer un prix plancher afin de décourager une consommation excessive. Ils plaident ainsi pour que ce soit instaurer un prix minimum de vente par unité d’alcool ainsi qu’une taxe proportionnelle au contenu en grammes d’alcool.

Parmi leurs autres propositions on y trouve notamment :

  • Indiquer sur tous les contenants la quantité en grammes d'alcool et de sucre ;
  • Indiquer de manière claire le nombre de calories ;
  • Remplacer la mention « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » par « l’alcool est dangereux pour la santé ».

Agnès Buzyn et le gouvernement hostiles à ces propositions

Pour les signataires de cette lettre ouverte il s’agit de mieux informer sur la dangerosité de l’alcool mais aussi d’améliorer la prévention. Tout en rappelant qu’ils ne s’inscrivaient pas dans une démarche visant à interdire la consommation d’alcool, ces médecins et spécialistes de santé veulent témoigner. « Nous témoignons des risques de l'alcool, responsable annuellement en France de 49 000 morts dont 15 000 cancers », indiquent-ils. Avec une moyenne de près de 12 litres d’alcool par an et par habitant, la France est en en effet un pas avec un fort niveau de consommation.

Si ces médecins veulent témoigner, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est d’ores et déjà positionnée contre ces propositions. Suite à la tribune signée le 26 mars dernier par 9 médecins dans Le Figaro, Agnès Buzyn avait indiqué ne pas vouloir de la mention « l’alcool nuit à la santé ». La ministre déclarait alors qu’elle pouvait « laisser penser qu’on est pour une action de prohibition, c’est-à-dire qu’on ne veut pas d’alcool du tout, or ce n’est pas le cas aujourd’hui ». Des propos que n’acceptent pas les médecins, qui souhaitent « lutter contre la puissance de lobbying d'une industrie qui infiltre tous les niveaux de la société ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES