Assurance santé

Alcool et grossesse : une campagne d'un lobby du vin fait scandale

Publié par le

Un lobby du vin provoque une vive émotion chez les addictologues

Une campagne de prévention d’un lobby du vin provoque la colère des professionnels de santé. Pour eux, il minimiserait les dangers de l’alcool sur le fœtus. De son côté, Vin & Société tente de tempérer la grogne.

« Un bon vin peut attendre 9 mois » 

Une campagne de prévention sur les risques liés à la consommation d’alcool pendant la grossesse provoque la colère des professionnels de santé. Le 10 octobre dernier, Vin & Société, structure représentant 500.000 acteurs de la vigne et du vin décide d’informer les femmes enceintes sur les dangers de l’alcool.

L’affiche qui arbore ce slogan : « Un bon vin peut bien attendre 9 mois. Par précaution : 0 Alcool pendant la grossesse » met en avant un dessin représentant un ventre rond qui s’apparente à un verre à ballon.

Plusieurs éléments de cette campagne font hurler les addictologues. Pour eux, le lobby minimiserait les risques. C’est le cas du terme « par précaution »: « Il s’agit d’une manière discrète de sous-entendre que la science n’est pas encore sûre des dangers de l’alcool sur le fœtus » explique Jean-Pierre Couteron, addictologue et porte-parole de la Fédération Addiction à LCI. D’ailleurs, sur son site internet, Vin & Société déclare qu’il existe « un manque d’études concordantes ».

Autre élément de crispation : l’ambiguïté du visuel. Non, un verre de vin au contraire d’un ventre n’est pas un endroit de protection pour un bébé.

« Nous sommes les mieux placés pour donner le bon mode d’emploi »  

De son côté, le lobby du vin tente de minimiser la grogne : « Nous ne remplacerons jamais les professionnels de santé, ce n’est pas notre rôle. En revanche, nous sommes les mieux placés pour donner le bon mode d’emploi de notre produit ».

Rappelons que selon une étude de Santé publique France, 452 enfants sont nées atteint d’un syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) entre 2006 et 2013. Un chiffre qui n’est pas anodin quand on sait que le SAF peut entrainer des anomalies physiques et neurodéveloppementales.

Pour éviter les risques, l’étude rappelle qu’il est important de ne pas boire de l’alcool pendant la grossesse même si pour le moment, les recherches ne permettent pas encore de définir le seuil de consommation qui aurait un impact sur le fœtus.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES