Assurance santé

Alcool : la consommation mondiale n'a jamais été aussi élevée

Publié par le , Mis à jour le 09/05/2019 à 14:12

Un habitant européen boit 9,8 litres d’alcool

La consommation d’alcool dans le monde continue de progresser. Selon une récente étude britannique, un adulte a bu 6,5 litres en 2017. Une consommation qui devrait augmenter dans les prochaines années. Les chercheurs estiment que la quantité d’alcool ingurgitée devrait atteindre 7,6 litres en 2030.

Une consommation de 6,5 litres d’alcool en 2017

La consommation mondiale d’alcool n’a jamais été aussi élevée. C’est ce que révèle une étude relayée par la revue médicale britannique The Lancet. On apprend ainsi qu’un adulte a consommé 6,5 litres d’alcool pur en 2017 contre 5,9 litres en 1990. Une quantité qui ne devrait pas baisser dans les prochaines années. Selon des données de 189 pays, les chercheurs estiment que la quantité d’alcool ingurgitée devrait atteindre 7,6 litres d’ici 2030.

C’est en Europe que la consommation est la plus élevée même si celle-ci est en baisse de 20% en 27 ans. En moyenne, un habitant du vieux continent boit 9,8 litres d’alcool. À l'inverse, les pays à revenus intermédiaires comme l’Inde, Le Vietnam ou encore la Chine ont tendance à boire plus régulièrement. À titre d'exemple, la consommation moyenne dans les pays d’Asie du sud-est a quasiment doublé entre 1990 à 2017 pour atteindre 4,7 litres. Mais pourquoi une telle consommation ? Selon les experts, « le rattrapage » des pays émergents viendrait « des transitions économiques et l’accroissement de la richesse ».

L’alcool responsable de 3 millions de morts dans le monde

Cette hausse de la consommation mondiale inquiète les professionnels de la santé. Si on différencie encore les hommes et les femmes (9,8 litres pour les hommes vs 2,7 litres pour les femmes en 2017), cet écart devrait légèrement diminuer selon les estimations des chercheurs.

Au total, on estime que l’alcool est responsable de 3 millions de morts par an dont 41 000 rien que pour la France. Récemment, l’Académie de médecine a demandé des mesures plus fortes pour lutter contre ce fléau qui fait toujours plus de victimes à travers le monde. Dans son collimateur : la loi Evin qui a connu un affaiblissement et le rôle du lobby alcoolier.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES