Assurance santé

Arrêts de travail automatiques : un mois après, une mesure efficace et avec peu d'abus

Publié par le , Mis à jour le 05/02/2021 à 14:43

Il est désormais possible d’obtenir automatiquement un arrêt de travail si vous attendez les résultats d’un test de dépistage pour le Covid-19. La démarche, qui s’effectue en ligne, semble se montrer efficace après plus de trois semaines d’expérimentation. 

« Tester, tracer, isoler »

Depuis le 10 janvier, vous pouvez vous-même remplir votre arrêt maladie en ligne, et sans passer par un médecin. Difficilement imaginable il y a encore un an, ce dispositif mis en place par l’Assurance maladie vise à isoler au plus vite les personnes potentiellement positives au Covid-19.

Comment cela fonctionne-t-il ? Il suffit de se rendre sur le site de l’Assurance maladie, où un formulaire est disponible. Il est ouvert aux personnes craignant d’avoir contracté le Covid-19 en raison de symptômes (fièvre, difficultés respiratoires, perte du goût et de l’odorat…) ou qui pensent être cas contact. Dans les deux cas, il faut au préalable avoir effectué un test de dépistage de la maladie et en fournir une preuve à l’Assurance maladie (toujours en ligne).

En échange de ce justificatif, et en attendant les résultats du test, l’Assurance maladie vous délivre un arrêt de travail automatique sans l’avis d’un médecin. Vous serez alors indemnisé immédiatement sans jour de carence. L’objectif est de permettre aux travailleurs concernés de pouvoir s’isoler au plus vite chez eux sans contaminer notamment leurs collègues. Ce dispositif entre parfaitement dans le cadre de la nouvelle stratégie du gouvernement, rappelée par Jean Castex lors de son allocution du 29 janvier : tester, tracer, isoler.

3 000 arrêts automatiques accordés par jour

Pour l’heure, les résultats de cette nouvelle mesure sont plutôt positifs et génèrent peu d’abus d’après l’Assurance maladie. Depuis sa mise en place, donc en trois semaines, ce sont 3 000 arrêts de travail automatiques qui ont été délivrés chaque jour, sur un total de plus de 65 600 demandes (soit environ 3 100 par jour).

Une demande est donc acceptée dans près de 100% des cas. Toutefois, ce chiffre de 3 000 arrêts par jour est jugé acceptable par l’Assurance maladie, qui pouvait délivrer jusqu’à 30 000 arrêts ordinaires par jour avant la crise sanitaire. Mais, surtout, l’agence publique se félicite de l’efficacité à ce stade de cette nouvelle possibilité. En effet, 30% des personnes ayant rempli ces arrêts automatiques se sont bien révélées positives au coronavirus. Un chiffre quatre à cinq fois supérieur au taux de « positivité » de l’ensemble de la population (environ 7% des tests réalisés en France s’avèrent positifs au Covid-19).

Une différence qui tend à montrer que les personnes qui sollicitent ces arrêts automatiques sont bien en mesure, pour près d’1/3 d’entre elles, d’être contagieuses. Ce sont donc autant de personnes qui pourront limiter la propagation du virus en restant à domicile pendant 7 jours à partir des premiers symptômes, tout en étant, donc indemnisées. 

Les premières données de la « Sécu » montrent par ailleurs que la démarche est bien connue par l’ensemble des salariés. 68% des demandants sont issus du privé, par exemple, et 16% sont des agents de la fonction publique, ce qui reflète bien, à peu près, la répartition de la population active française.

Un dispositif qui génère pour l'heure peu d'abus

De plus, peu d’abus semblent pour le moment avoir été constatés. La durée moyenne des arrêts automatiques accordés est de moins de deux jours (1,9), ce qui montre que les personnes négatives reprennent bien le travail dès le lendemain de leurs résultats de test. Pour se prémunir d’éventuelles fraudes, l’Assurance maladie effectue une centaine de contrôles par jour, et il en ressort que 2% des dossiers seulement ne sont pas aux normes : pas de preuve de dépistage ou absence des symptômes attendus.

Pour permettre aux éventuels malades de pouvoir s’isoler efficacement, la panoplie de l’Assurance maladie s’est significativement étoffée depuis un an. Elle continuera notamment à rembourser à 100% les téléconsultations cette année, par exemple. En 2020, ce sont près de 20 millions de ces consultations en télémédecine qui ont été remboursées

Et pour bénéficier d'un meilleur accompagnement encore, certaines complémentaires santé proposent d'autres types de prise en charge (soutien psychologique, assistance à domicile...). N'hésitez donc pas à comparer en ligne si vous souhaitez retrouver ces garanties.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}