Assurance santé

Assurance maladie : le HCFP préconise 3,8 milliards € d'économies en 2019

Publié par le , Mis à jour le 25/09/2018 à 10:35

L'Assurance maladie devra économiser 3,8 milliards € en 2019

L’Assurance maladie devra économiser 3,8 milliards € en 2019 pour respecter les objectifs budgétaires du gouvernement, selon un avis formulé par le Haut Conseil des finances publiques (HCFP). Un montant qui reste toutefois moins important que les 4,2 milliards d'euros demandés en 2018.

Le HCFP recommande un effort moins important qu’en 2018

Un effort moins important qu’en 2018. En 2019, l’Assurance maladie devra réaliser 3,8 milliards d’euros d’économies, pour respecter les objectifs budgétaires du gouvernement. Un avis donné lundi 24 septembre par le Haut Conseil des finances publiques (HCFP). Ce montant reste moins important que celui demandé en 2018 (4,2 milliards €) et 2017 (4,05 milliards €).

Le HCFP, organe indépendant chargé d'évaluer la crédibilité des prévisions budgétaires du gouvernement, fixe également l’Ondam (Objectif national des dépenses d'assurance maladie). Ce dernier sert à freiner l’augmentation naturelle des dépenses. Pour l’année prochaine, l’exécutif a annoncé qu’il le relèverait de 2,3 % à 2,5 %. Une hausse de 400 millions € qui doit permettre de financer la réforme de santé. Sans l’Ondam, les dépenses de santé subiraient une augmentation bien plus importante, et ce notamment à cause du vieillissement de la population et à la hausse des cas de maladies chroniques. L’évolution s’élèverait plutôt à 4,5 % selon les estimations du Haut Conseil des finances publiques.

4 pistes pour économiser 2 milliards €

Cette recommandation fait suite à différentes annonces sur le budget 2019 de l’Assurance maladie. Fin juin, l’Assurance maladie indiquait qu’elle souhaitait économiser 2 milliards €, hors de celles réalisées sur le médicament. Pour ce faire, Nicolas Revel, Président-directeur général de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) avait présenté 4 grandes pistes :

  • une meilleure prise en charge ;
  • des prescriptions et actes plus pertinents ;
  • un renforcement de la lutte contre la fraude ;
  • le développement de la prévention.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES