La bigorexie, l'addiction des accros au sport

Publié par Jordan Hervieux le 30/08/2022 à 14:53 , Mis à jour le 06/09/2022 à 13:56

Exercer une activité sportive est essentiel pour rester en bonne santé physique et mentale, mais la pratique abusive peut s’avérer dangereuse. Cette addiction, définie par une pratique obsessionnelle et inadéquate, se nomme la bigorexie. Quelles sont les conséquences de ce trouble aussi bien physique que mental ?

Les conséquences physiques de la bigorexie

La bigorexie peut affecter n’importe quel type de sportifs, du niveau professionnel jusqu’à l’amateur, et ce, pour n’importe quelle pratique physique. En plus de réduire l’espérance de vie, la bigorexie entraîne des effets comme un épuisement physique étendu à tout le corps, des déchirures musculaires et des tendinites. 

Le manque de récupération et de sommeil, souvent négligés par les personnes atteintes de ce trouble provoque une fragilisation des os et peut mener à des entorses, de l’arthrose ou encore une usure accélérée de l’ossature. 

Dans les cas les plus graves, cette pathologie peut causer des troubles cardiovasculaires pouvant mener à un infarctus. Mais si l’aspect physique est celui qui se remarque le plus, des effets néfastes sur la santé mentale des malades sont aussi bien présents.

Des souffrances psychiques à ne pas négliger

Souvent à la recherche du dépassement physique et mené par un attrait de performances toujours plus hautes, la surabondance de pratiques sportives est souvent assortie de troubles psychiques. Parmi eux, le stress et les angoisses découlant de la peur de l’échec qui soumet la psyché à une charge trop forte au quotidien et entraînant un burn-out sportif

Comme toute addiction, le sevrage lié à l’arrêt d’activité sportive a un effet nocif pour l’état mental car il forme des conséquences telles que l’hyperactivité, l’irritabilité, des troubles de l’anxiété, des insomnies ou des troubles du comportement alimentaire.

Des troubles du comportement alimentaire possible

Souvent associés à la bigorexie, les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont légion. En effet, ces troubles sont caractérisés par une modification du régime alimentaire des sportifs atteints. Le plus souvent, on peut observer un phénomène d’anorexie inversée consistant à vouloir prendre le plus vite possible un maximum de masse musculaire. Dans ces cas, les régimes hyperprotéinés afin de prendre en masse et/ou brûler les graisses créent un déséquilibre dangereux pour la santé. 

Les individus bigorexiques développent souvent par la suite des cas d’orthorexie, c’est-à-dire une obsession pour les aliments sains, au détriment d’une alimentation plus variée et équilibrée. Toutefois, si la bigorexie est une pathologie à ne pas négliger, sa guérison est possible. Quand retrouver un équilibre dans la pratique s’avère insuffisant de manière autonome, l'accompagnement par un psychologue, un addictologue ou un médecin du sport peut être nécessaire.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES