Assurance santé

Cancer : le taux de survie en hausse dans les pays riches

Publié par le , Mis à jour le 16/09/2019 à 16:27

Le taux de survie du cancer s'améliore dans les pays riches

Si le cancer va vraisemblablement devenir le mal de ce 21ème siècle, il se soigne beaucoup mieux dans les pays riches. C’est ce qu’annonce une récente étude publiée dans The Lancet Oncology.

Un meilleur taux de survie pour les patients de moins de 75 ans

En 2017, le cancer représentait 26% des décès. Selon des récentes études, la maladie devrait devenir la première cause de mortalité à travers le monde d'ici quelques années. Aujourd'hui, les pays riches sont principalement touchés par ce fléau. Cependant, des travaux publiés dans la revue The Lancet Oncology rapportent que la survie des patients atteints de cancers s'est nettement améliorée entre 1995 et 2014.

Les recherches se sont portées sur sept types de cancers (estomac, œsophage, colon, rectum, pancréas, ovaires et estomac). Les médecins ont étudié les taux de survie à un an et cinq ans. Globalement, ce sont les patients de moins de 75 ans qui ont un meilleur taux de survie. Et c'est le cancer du rectum qui se guérit le mieux : « Selon les pays, de 48 à 59% des patients d'un cancer du rectum entre 1995 et 1999 ont survécu après, et cette proportion a augmenté pour atteindre 62 à 71% pour ceux diagnostiqués entre 2010 et 2014 » expliquent les chercheurs.

Investir dans des programmes de diagnostic précoce et de dépistage

À l'inverse, c'est le cancer du pancréas qui a le moins bon taux de survie. Un taux qui diffère selon les pays. En effet, il est de 14,6% en Australie et seulement de 7,9% pour le Royaume-Uni : « Les améliorations observées sont probablement une conséquence directe des réformes de la santé et des avancées technologiques permettant un diagnostic plus précoce, un traitement plus efficace et personnalisé, ainsi qu'une meilleure gestion des patients », explique le Dr Melina Arnold, principal auteur du rapport.

D’une manière générale, l’étude montre que le Canada, la Norvège et l’Australie sont les pays où le taux de survie du cancer est le plus élevé. Une disparité géographique qui s’explique par des délais de diagnostics qui peuvent varier d’un pays à l’autre. Idem pour l’accès aux différents traitements. Pour améliorer les chiffres, les auteurs estiment qu’il est nécessaire « de continuer à investir dans des programmes de diagnostic précoce et de dépistage ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES