Assurance santé

Cancer, sida, suicide : quelle est la première cause de mortalité en France ?

Publié par le , Mis à jour le 13/11/2019 à 15:49

Quelles sont les principales causes de décès des Français ?

Selon une étude sur l’évolution de la mortalité par cause médicale publiée par Santé publique France, les cancers restent la première cause de mortalité en France. La mortalité due au sida ou aux accidents de transports a quant à elle fortement diminué.

Les cancers demeurent la première cause de mortalité

Dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié le 12 novembre, Santé publique France dévoile une étude sur « les principales évolutions de la mortalité par cause médicale sur la période 200-2016 en France métropolitaine ».  Concrètement, de quoi meurent les Français ? Le premier enseignement est que 579 230 personnes sont décédées en France en 2016. Parmi eux, 17,0 % ont été considérés comme prématurés, c’est-à-dire survenus avant 65 ans. D’une façon générale, le taux de mortalité, toutes causes confondues, ne cessent de diminuer depuis 2000. Une bonne nouvelle qui s’explique notamment par les améliorations en matière de préventions et les avancées de la médecine.

Une fois ce bilan posé, Santé publique France s’est donc intéressé aux causes de décès entre 2000 et 2016. Et le moins que l’on puisse dire est que la première cause est loin d’être une surprise. Si le risque de mourir du cancer diminue (malgré un nombre croissant de personnes atteintes), cette maladie reste la première cause de mortalité en France. Une tendance qui, selon l’article du BEH, s’observe depuis 2004. En 2016, les tumeurs représentaient ainsi 29,0 % des décès (168 064 personnes).

Parmi les cancers, ceux de l’estomac, foie, pancréas, côlon, rectum et anus représentent les tumeurs les plus à risques avec 41 843 décès, soit 7,2 % de l’ensemble des décès survenus en 2016. Viennent ensuite les cancers des organes respiratoires (31 526 décès, 5,4 %), les « autres tumeurs (29 095, 5,0 %) et les cancers du sein, de l’utérus et des ovaires (19 626 décès, 3,4 %).

La mortalité liée au VIH/sida continue à diminuer

Le cancer n’est toutefois pas la seule cause de décès, loin de là. En 2016, 140 424 Français sont ainsi morts des suites de maladies cardiovasculaires, soit 24,2 % des décès. Là encore, ce taux est en baisse, comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Plusieurs causes de mortalité sont en effet en recul sur la période étudiée. Et la plus importante est celle liée au sida/VIH : 300 décès ont été recensés en 2016 contre 4 800 en 1994. Les tendances sont également à la baisse concernant les accidents de transport, les suicides ou les maladies respiratoires.

D’importantes différences existent néanmoins entre les deux sexes. La plus frappante est certainement que si les tumeurs sont les premières causes de mortalité chez les hommes (95 324 décès, soit 33,0 %), ce sont les maladies cardiovasculaires qui sont responsables du plus grand nombre de décès chez les femmes (75 447, 26,0 %).

Pour ce qui est des évolutions, les décès liés aux cancers du cerveau et du système nerveux central, aux mélanomes, au cancer du pancréas et aux démences ont progressé chez les hommes. Chez les femmes, ce sont les cancers des organes respiratoires, les maladies du rein et de l’uretère ainsi que le cancer du pancréas qui causent de plus en plus de décès.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES