Assurance santé

Confinement : la pilule délivrée même avec une ordonnance périmée

Publié par le , Mis à jour le 27/03/2020 à 12:59

Jusqu'au 31 mai 2020, les femmes pourront utiliser une ancienne ordonnance pour obtenir une pilule

En raison du confinement, un décret publié à la mi-mars autorise les pharmaciens à délivrer à une femme sa pilule contraceptive sur simple présentation de son ancienne ordonnance. En parallèle, les sages-femmes ont reçu l’autorisation de réaliser des consultations à distance.

Sur simple présentation de l’ancienne ordonnance

Cela peut très vite virer au casse-tête. Comment renouveler sa pilule contraceptive en cette période de confinement ? Pour les femmes dont l’ordonnance est désormais périmée, un décret autorise les pharmaciens à délivrer une boîte sur simple présentation de l’ancienne ordonnance : « La ministre rappelle que le droit des femmes à disposer de leurs corps est fondamental et ne saurait être remis en cause en temps de crise sanitaire, comme celle que nous connaissons aujourd’hui. Aucune femme en France ne peut être empêchée d’accéder à la contraception, le gouvernement s’y engage » précise Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les hommes et les femmes. Une mesure valable jusqu’au 31 mai 2020. 

La pilule contraceptive reste un moyen de contraception très répandu en France. D’après l’Institut national d’études démographiques, plus de 36% des jeunes Françaises de 15 à 49 ans l’utilisaient en 2013.

Les pharmaciens doivent désormais fournir les plaquettes suffisantes pour permettre aux patientes de poursuivre leur traitement jusqu’à la fin du mois de mai. 

Un autre arrêté datant du 19 mars 2020 indique que les sages-femmes peuvent désormais consulter à distance. Rappelons que pour éviter que les patients ne se ruent vers les cabinets médicaux ou les urgences, le gouvernement préconise  la téléconsultation. 

D’ailleurs, pour inciter les malades à opter pour cette consultation à distance, le ministre de la santé a décidé d’assouplir les règles. Il n’est plus nécessaire d’avoir consulté son praticien dans les douze mois. Aujourd’hui, un malade peut prendre rendez-vous avec un médecin qu’il n’a jamais vu. La téléconsultation est désormais remboursée à 100% par l’Assurance maladie contre une prise en charge à 70%. 

Les IVG assurées

Outre cette souplesse sur la délivrance de la pilule, le gouvernement est également revenu sur le sujet de l’IVG. Est-il « oui » ou « non » possible de recourir à un avortement en cette période de confinement ? L’exécutif explique que : « Les interruptions de grossesse sont considérées comme des interventions urgentes par le Ministère des Solidarité et de la Santé. Leur continuité doit être assuré ». Pour toutes informations, le gouvernement invite les femmes à se renseigner auprès du Planning Familial. 

En raison de la propagation du coronavirus, le Planning Familial a décidé de fermer ses locaux. Cependant, des permanences téléphoniques sont maintenues, ainsi que sur Facebook et Whatsapp. 

Face aux inquiétudes de nombreuses femmes, l’association indique qu’un amendement sur un allongement exceptionnel du délai d’accès à l’IVG a été déposé. Une demande refusée par le Sénat.  

De son côté, le gouvernement a annoncé que « des points réguliers avec les soignants et le tissu associatif afin de s’assurer que, même en période de pandémie et de confinement, le droit des femmes à disposer de leurs corps ne soit pas remis en cause ». 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES