Contraception des mineurs : la gratuité non appliquée

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Contraception des mineurs : la gratuité non appliquée

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Contraception des mineurs : la gratuité non appliquée

|
Consultations : 1188
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), le principe de gratuité et de confidentialité de la contraception des mineurs n’est pas respecté. Ce document donne ainsi des pistes d’amélioration pour l’accès à la contraception de cette partie de la population.

Les facteurs clés de l’accès à la contraception des mineurs

L’accès à la contraception des mineurs se base sur deux principes clés : la gratuité (remboursement de la contraception par l’assurance maladie pour les jeunes de 15 à 17 ans) et la confidentialité (surtout par rapport à la famille). Les jeunes filles âgées de 18 ans  bénéficient ensuite du tiers payant (c’est-à-dire l’avance de frais) pour les consultations gyneco ou les analyses biologiques.

Or, ces deux principes resteraient très mal appliqués, notamment en raison d’une mauvaise compréhension de la part des médecins et des pharmaciens. Ainsi, l’application du dispositif ne représente que 1 % des ordonnances de contraceptifs dédiés aux mineurs.

Vers une amélioration par la simplification

Si la contraception de mineurs s’est améliorée avec le nombre d’interruption volontaire de grossesse en baisse, il reste du chemin à faire. En 2013, l’on comptait encore 12 000 avortements enregistrés.

Quels sont les facteurs clés de l?accès à la contraception des mineurs ?Afin d’améliorer l’accès à la contraception des mineurs et donc améliorer l’application du dispositif, le rapport de l’IGAS expose des axes s’orientant vers une simplification de l’avance de frais et de la confidentialité.

  • Automatiser la procédure d’exonération de paiement et de confidentialité dans les logiciels des pharmaciens
  • Etendre ces mesures au moins de 15 ans et aux 18/24 ans

Le rapport de l’IGAS alerte enfin sur le manque d’éducation à la sexualité. Pour y remédier, le rapport propose de revenir sur la loi qui impose des cours d’éducation 3 fois par an au sein des écoles, encore trop peu observée.

 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS