Assurance santé

Covid-19 : l'effet de rattrapage augmente fortement les dépenses des complémentaires santé

Publié par le , Mis à jour le 08/09/2021 à 12:15

L'année 2020 a été complexe pour les organismes de complémentaires santé en termes de gestion. D'importantes économies ont été réalisées, mais au premier semestre 2021, un fort effet de rattrapage s'est fait sentir. Conséquences : les dépenses ont augmenté de façon conséquente, d'environ 900 millions d'euros. Et cela est à ajouter à la « taxe Covid », mise en place l'an dernier par le gouvernement.

Un effet de rattrapage important pour les mutuelles santé au premier semestre 2021

Les organismes de complémentaires santé ont rendu leurs résultats pour le premier semestre 2021, et les dépenses sont au rendez-vous. Par rapport au premier semestre 2019, semestre d'avant-crise, les dépenses ont connu une hausse de 1,45 milliard d'euros, tandis que les recettes n'ont progressé que de 550 millions. « L'équilibre financier se dégrade fortement », avertissent la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF), la Fédération française de l'assurance (FFA) et le Centre Technique des Institutions de Prévoyance (CTIP) au sein d'un dossier rendu au ministère de la Santé.

Précisément, les « effets reports des moindres dépenses de 2020 » coûtent cher aux complémentaires santé, en particulier pour les soins dentaires et auditifs, respectivement 958 millions et 278 millions d'euros. Les factures relatives à certaines opérations qui avaient été reportées durant l'année 2020 pèsent également lourd dans la balance. Il y a quelques mois déjà, les acteurs de l'assurance santé affirmaient que le coût actuel de la crise de Covid-19 excédait largement les économies réalisées en 2020.

Des dépenses supplémentaires à ajouter à la « taxe Covid »

En effet, une économie de 1,9 milliard d'euros avait été réalisée par les organismes de complémentaires santé sur l'exercice de 2020. Notons qu'il faut retirer 300 millions d'euros à cette économie en raison de la réforme de la complémentaire santé solidaire (CSS), qui est financée à 100 % par les complémentaires santé via une taxe spécifique.

Pour compenser cette économie et renforcer la participation des assureurs et mutualistes, le gouvernement avait imposé une « taxe Covid » en 2020. Un milliard d'euros ont déjà été prélevés en 2020 au titre de cette taxe et 500 millions supplémentaires devraient être prélevés durant 2021. Pour Séverine Salgado, directrice générale de la Mutualité française, cette taxe n'était « pas si mal calibrée » question montant. Toutefois, la directrice générale de la Mutualité française n'a pas changé de position à propos de cet impôt, qu'elle juge « injuste et injustifié ».

« Certaines mutuelles pourront l'absorber, mais celles qui avaient déjà un équilibre fragile devront peut-être augmenter leurs cotisations », met en garde Séverine Salgado à propos de la taxe. D'autant plus que la hausse des arrêts de travail a fortement augmenté les dépenses en prévoyance des organismes de complémentaires, de 1,1 milliard d'euros en 2020. Cela représente également « une nette dégradation », d'après les fédérations susnommées. « Cette tendance se poursuivrait » pour le début de l'année 2021, préviennent-elles encore.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

}