Assurance santé

Depuis 2010 les médecins généralistes sont de moins en moins nombreux

Publié par le , Mis à jour le 05/12/2018 à 10:45

Santé : la France a perdu 6,8% de ses généralistes depuis 2010

Début 2018 la France comptait plus de 217 000 médecins en activité. Un record qui ne fait pourtant pas oublier que depuis 2010 le nombre de généralistes a diminué de 6,8 %. D’après les projections, la France en perdra autant d'ici 2025.

2010 – 2025 : - 13,6 % de généralistes en France ?

Jamais la France n’avait été autant fourni en médecin. D’après le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) la France comptait début 2018 217 107 médecins en activité. Soit une hausse de 0,5 % sur un an mais surtout un nouveau record (le précèdent datait de 2010). Dans le détail, le nombre de médecins libéraux et de salariés en « activité régulière » est stable (avec 198 081 inscrits, soit + 0,1 % sur un an), tandis que celui de spécialistes (85 647, + 0,4 %) et de chirurgiens (24 632, + 0,8 %) augmente.  Cette tendance à la hausse ne touche toutefois pas toutes les catégories. Le nombre de généralités est ainsi en recul de - 0,4 % sur un avec 87 801 inscrits à l’Ordre des médecins. Un phénomène assez ancien puisque depuis 2010 la France a perdu 6,8 % de ses généralistes. D’après les projections du Cnom elle en perdra autant d'ici 2025.

154,3 médecins pour 100 000 habitants dans l’Eure

L’atlas démographique annuel du Cnom fait également un bilan par département et l’édition 2018 pointe, comme les précédentes, « des inégalités territoriales qui se creusent ». En haut du classement on retrouve Paris avec 687,1 médecins pour 100 000 habitants, le Rhône (396,9) et les Bouches-du-Rhône (379,6). A l’inverse, les départements de la Mayenne (167,3), l'Ain (162,4) et l'Eure (154,3) ferment la marche. Si dans l’ensemble « la tendance est à la baisse de la densité médicale », les « dynamiques » sont toutefois « très contrastées d'un département à l'autre », explique le Conseil national de l'Ordre des médecins. Un constat qu'avait déjà dressé la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la santé) en mai dernier. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES