Assurance santé

Des médecins alertent sur la maladie du soda, dite Nash

Publié par le

Une alimentation trop riche en gras et en sucre peut provoquer la Nash

Réunis le week-end dernier dans le cadre du congrès international du foie, des médecins alertent sur la maladie du soda, dite Nash. La stéatohépatite non-alcoolique (NASH) se déclare dans le foie en bonne santé en raison d'une alimentation trop riche et trop sucrée.

1 à 2 millions de Français atteints de la maladie du soda

Une maladie longtemps ignorée qui commence à faire parler. On le savait, le sucre n’est pas réellement un ami pour notre corps. Une récente enquête de « 60 millions de consommateurs » mettait par exemple en exergue qu’une grande quantité de produits industriels étaient bien trop sucrés. Cette surdose de sucre est un véritable problème et peut causer bien des dégâts. La stéatohépatite non-alcoolique (NASH) en est la preuve. Appelée plus communément la maladie du soda, cette pathologie se déclare dans le foie en bonne santé en raison d'une alimentation trop riche et trop sucrée. Concrètement, les malades développent une cirrhose du foie sans être dépendants à l’alcool.

Cette maladie inquiète particulièrement les professionnels de santé. Réunis le week-end dernier pour le congrès international du foie, des médecins lancent l’alerte. Selon des études, 30 % des Français ont un foie trop gras et 10 % d'entre eux sont touchés par la Nash. 10 %, soit 1 à 2 millions de Français tout de même. En cause une alimentation trop riche en gras et en sucre qui rend le foie trop gras. D’où son autre nom : la « maladie du foie gras ». Si cela n’est pas traité rapidement, le foie engorgé est alors enflammé.  C’est ainsi que se développe une cirrhose ou un cancer en plus de dysfonctionnements.

L’obésité chez les jeunes inquiète les spécialistes

S’il n’existe toujours pas de traitement adapté, les spécialistes comptent bien faire connaître cette maladie. Longtemps la Nash a été masquée par des problèmes de diabète et la confusion entre cirrhose et alcool. Le problème est qu’aujourd’hui elle touche de plus en plus de personnes. Entre la sédentarité et la malnutrition, l’obésité atteint les 17 %. Le docteur Dominique Lannes, hépato-gastro-entérologue explique d’ailleurs au Parisien que « le terme NASH est appelé à devenir un nom commun comme l’acronyme SIDA ». Alors qu’elle se déclenche de plus en plus tôt (dès 30 ans, et même chez des enfants), la maladie du soda devrait faire l’objet d’une journée internationale selon Jean-François Mouney, président directeur général de la biotech Genfit. « C'est une maladie qui finalement devient très importante et qui complètement liée à l'obésité. On parle de 27% de malades de la Nash à une échéance de 2030. Il faut faire connaître ça pas seulement aux patients mais aussi aux médecins », indique Jean-François Mouney à BFM TV.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES