Assurance santé

Des milliers de morts à cause d'un mauvais usage des médicaments

Publié par le , Mis à jour le 22/03/2018 à 10:39

Plus de 130 000 hospitalisations à cause d'un mésusage de médicaments

Dans un communiqué diffusé ce jeudi 22 mars 2018, le « Collectif Bon Usage du médicament » révèle que, chaque année, ce sont plus de 10 000 personnes qui décèdent en France en raison d’une mauvaise utilisation des médicaments. La moitié de ces décès serait évitable. Coup de projecteur.

Mauvais dosage, mauvaise prise, non-respect du traitement,….

Organisme regroupant de nombreux acteurs de la santé dont des complémentaires santé, le syndicat Les Entreprises du médicament (Leem), la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France (FSPF) ou la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), le « Collectif Bon Usage du médicament » tire la sonnette d’alarme.

Dans un communiqué, il annonce qu’en France et chaque année, plus de 10 000 personnes succombent à la suite d’une mauvaise utilisation de médicaments, qu’il s’agisse d’un mauvais dosage, d’une mauvaise prise, d’interaction médicamenteuse ou du non-respect du traitement prescrit. Comme le résume le Collectif, les « causes d’un accident lié à un médicament sont diverses » et ses conséquences sont « loin d’être anodines ».

Plus de 130 000 hospitalisations annuelles

A titre de comparaison, le mauvais usage des médicaments est responsable de trois fois plus de décès tous les ans que les accidents de la circulation, selon le « Collectif Bon Usage du médicament ». Au nombre des décès, il faut ajouter plus de 130 000 hospitalisations dont la durée moyenne est estimée à une dizaine de jours.

En cas de mauvaise utilisation d’un médicament, les signaux d’alerte sont nombreux et peuvent passer inaperçus. Ainsi, l’organisme évoque pêle-mêle un appétit moindre, une fatigue excessive, des vertiges, des troubles de l’équilibre, des malaises, des troubles urinaires ou digestifs, des palpitations ou encore des troubles de la vue.

En outre, certaines personnes sont plus exposées que d’autres à ce type de risques. Tel est le cas des patients entre 75 et 84 ans qui ont en moyenne recours à quatre produits différents. Et si ce chiffre peut sembler élevé, il faut savoir qu’il a baissé au cours des dernières années à force de campagnes d’information ciblées.

Enfin, notez qu’aujourd’hui de 14h à 18h, aura lieu à la Maison des Pharmaciens un colloque sur cette problématique en présence d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. A cette occasion, 10 recommandations seront présentées pour la réduction du nombre des décès et hospitalisations imputables au mésusage du médicament.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES