Assurance santé

Espérance de vie réduite pour les malades psychiques

Publié par le , Mis à jour le 20/09/2018 à 13:48

16 ans de vie en moins pour les malades psychiques

Selon une récente étude, les malades psychiques auraient 16 ans d’espérance de vie en moins que les autres bénéficiaires du régime général. Une espérance de vie qui atteint 48.9 ans pour un homme et 58.9 ans pour une femme.

Des taux de mortalité deux à cinq fois supérieurs à ceux de la population générale

L’institut de recherche et documentation en économie de la santé publie une étude sur l’espérance de vie des patients suivis pour des troubles psychiques sévères. Et les résultats sont inquiétants. Il en ressort que l’espérance de vie pour un homme est de 48.9 ans et 58.9 ans pour une femme. Un véritable fossé avec les autres bénéficiaires du régime général de 16 ans en moyenne pour les hommes et 13 ans en moyenne pour les femmes avec des variations en fonction des troubles des patients. Ces individus ont d’ailleurs des taux de mortalité deux à cinq fois supérieurs au reste de la population. L’étude explique que le risque de suicide, de mort violente ou accidentelle ne sont pas les seuls raisons à cette mortalité précoce. D’autres facteurs sont à prendre en compte comme une forte consommation de tabac, une grande sédentarité ou une irrégularité dans la prise du traitement. Le rapport rappelle d’ailleurs que les patients atteints d’un trouble psychique sévère et persistant sont beaucoup plus exposés aux effets secondaires.

40% des suicides pour les personnes suivis pour troubles psychiatriques

Le cancer et les maladies cardiovasculaires sont les deux premières causes de mortalité chez les patients atteints de troubles psychiques. Le cancer du poumon arrive en tête avec un taux de 2,3 supérieur pour les personnes suivis pour des troubles psychiatriques. Une mortalité qui est aussi marqué par des décès prématurés. Les suicides, chutes et accidents de transport constituent d’ailleurs la troisième cause de décès pour les personnes souffrants de maladie mentale. Le suicide représente jusqu'à 40% des décès pour des personnes suivis pour des troubles psychiatriques. Un taux qui atteint 57% pour les personnes bipolaires. La part de décès avant l’âge de 65 ans est aussi très important. Le taux représente 28% alors qu’il n’est que de 20% pour le reste de la population. Les auteurs de cette étude soulignent « l’importance de développer des travaux visant à expliquer cette mortalité grandissante et surtout trouver un champ d’action pour réduire les inégalités dont sont victimes les personnes vivant avec un trouble psychiques ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES