• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Femmes enceintes et médicaments, un cocktail trop fréquent

Publié par le

97% des femmes enceintes prennent au moins un médicament

La consommation de médicaments chez les femmes enceintes vient de faire l’objet d’une étude. Celle-ci présente que 97% des femmes enceintes consomment au moins un médicament durant leur grossesse. Un nombre bien trop élevé.

Une surprescription de médicaments

L’Agence nationale de Sécurité du médicament (ANSM) vient de rendre publique une étude sur la consommation des médicaments qu’ont les femmes qui attendent un enfant. Les résultats sont assez spectaculaires. En dépit des risques, 97% des femmes enceintes prennent ou ont pris au moins un médicament durant leur grossesse. Dominique Martin, directeur général de l’ANSM, explique à Europe 1 qu’en France « on a une surprescription de médicaments chez les femmes enceintes ».

Des risques sur le foetus et pour la suite de la grossesse

Bien que toutes les conséquences ne soient pas connues, il est conseillé aux femmes attendant un enfant de ne pas prendre de médicaments. L’inconnu réside surtout du fait de l’incapacité à savoir si le fœtus peut avoir des séquelles. Les effets de médicaments peuvent être parfois perceptibles dans un temps long et non pas dans l’immédiat. Il n’empêche que certains sont prohibés car dangereux pour bébé. C’est le cas des anti-inflammatoires par exemple. Tout comme les psychotropes et les antalgiques, il peut causer des risques sur l’embryon ou le fœtus à la fin de la grossesse. Le risque se trouve même dans des médicaments que l’on peut penser sans risque. Le Doliprane en est le meilleur exemple. « La règle c'est qu'il n'y a pas de médicament anodin. Donc si on peut, autant s'en passer » confie le directeur de l’ANSM.

Tout faire pour éviter les risques

Pour éviter tout risque ou du moins ceux inutiles, il est conseillé aux femmes enceintes de ne prendre aucun médicament. Si la prise est inévitable, il est nécessaire de réduire la dose et surtout de diminuer la durée du traitement. Si vous avez le moindre doute, vous pouvez consulter votre médecin ou pharmacien. Ces préconisations font suite à la mesure prise par la Direction générale de la santé (DGS) de rendre plus visibles les informations présentant les risques sur les boites de médicaments. Des pictogrammes représentant une femme enceinte sont désormais visibles sur les boites dans un but préventif. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES