Généralisation de la complémentaire santé : vers trop d'inégalités ?

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Généralisation de la complémentaire santé : vers trop d'inégalités ?

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Généralisation de la complémentaire santé : vers trop d'inégalités ?

|
Consultations : 2055
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Alors que l’objectif initial de la généralisation de la complémentaire santé consistait à couvrir une plus grande part de la population française, il semblerait que cette mesure qui fait suite à l’accord national interprofessionnel (ANI) ne fasse que renforcer les inégalités. Explications via une analyse du site leplus.nouvelobs.com.

Loi ANI : quelles inégalités ?

La généralisation de la complémentaire santé est partie réel constat : l’inégalité de l’accès aux soins et la nécessité de la réduire. Or cette mesure vise les salariés du secteur privé en leur distribuant une assurance santé via leur entreprise. Objectif : couvrir le plus grand nombre de Français.

Or, la plupart des personnes non couvertes ne sont pas des salariés, mais plutôt les personnes au chômage, les étudiants, le seniors à la retraite et les personnes précaires.

En 2015, l’enquête de l’IRDES nommée « Santé protection sociale » révélait que le taux de personnes non couvertes passait de 5 à 4 % si la généralisation de la complémentaire santé ne s’adressait qu’aux salariés ; à 3,7 % si elle était étendue à l’ensemble des chômeurs de moins d’un an ; à seulement 2,7 % si la généralisation touchait également les ayants droit des salariés comme ceux des personnes à la recherche d’un emploi.

Pourquoi parler d’inégalités ?

Parce que l’ANI ne prévoit pas de couvrir les plus de 70 ans, les personnes inactives et les précaires. En d’autres termes, les personnes ayant le plus besoin de cette facilité d’accès aux soins ne sont pas concernées par cette mesure sociale.

Un véritable coup dur qui se manifestera probablement par un coût plus élevé des contrats santé individuel dont devront s’acquitter les personnes non visée par la réforme de la couverture de santé pour conserver une protection acceptable.

Mutuelle entreprise : même le niveau de garantie peut laisser à désirer

Dans le cadre des complémentaires santé distribuées via l’entreprise, afin de garantir un minimum d’égalité entre salariés, la loi prévoit un socle de garanties. Selon l’association UFC Que Choisir, la prise en charge de certaines prestations seraient même inférieures à la prise en charge par la CMU-C. Un problème qui pourrait bien impliquer la vente de nouvelles garanties pour renforcer ces contrats santé en entreprises, alors même qu’avant la loi la couverture d’entreprise était bien plus efficace.

Sans être en mesure de réaliser une analyse définitive du marché (l’ANI est entrée en vigueur le 1er janvier 2016), il est d’ores et déjà possible de dire que les PME et les grandes entreprises offrent de meilleures couvertures de santé que les petites entreprises.

Assurance santé d’entreprise : des inégalités financières

Loi ANI : quelles inégalités ? Pour être couvert correctement, les assurés devront compter sur 3 niveau de couverture : l’Assurance Maladie, la complémentaire santé proposée par l’entreprise et une surcomplémentaire santé pour compléter la part facultative. Une récente enquête de Deloitte révèle d’ailleurs que 22 % des Français ont changé de couverture santé, et 16 % ont souscrit une couverture supplémentaire. La surmutuelle est d’ailleurs nécessaire pour les Français, 26 % étant prêts à payer environ 41 euros en plus pour leur couverture. 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS