Assurance santé

Homéopathie : des académiciens demandent le déremboursement

Publié par le

L'homéapathie, un médicament non efficace ?

Alors qu’un rapport de la Haute Autorité de Santé est attendu pour le printemps 2019, 131 académiciens viennent de signer une tribune pour demander le déremboursement de l’homéopathie qui « n’a jamais prouvé son efficacité ».

Homéopathie : une composition « floue »

C’est un débat qui revient sur le devant de la scène. Va-t-on bientôt dérembourser l’homéopathie ?  La pratique est-elle dangereuse ?  Dans une tribune publiée dans l’Express, 131 membres des Académies des sciences, de médecine et de pharmacie réclament le déremboursement de l’homéopathie. Pour ces spécialistes de la santé, l’homéopathie n’a jamais pu prouver son efficacité et n’est pas plus efficace qu’un placebo : « un granule de sucre peut faire de l’effet si le patient y croit et fait confiance à son médecin ». Par ailleurs, la composition du produit préoccupe fortement les académiciens. Pour eux, la composition est « floue » et le médicament n’est pas forcément inoffensif : « il peut faire perdre du temps, voire mettre la vie en péril en cas de maladie aiguë ou chronique dont le traitement ne peut attendre ». Pour les signataires de la tribune, il est nécessaire que l’homéopathie ne soit plus enseignée dans les facultés de médecine et de pharmacie. En septembre 2018, le doyen de la faculté de Lille avait annoncé sur les réseaux sociaux la suspension du programme consacré à l’homéopathie.

Un rapport pour le printemps 2019

Les professionnels réfutent le terme de « médicament » pour un produit, qui selon eux, n’a jamais prouvé son efficacité et qui ne coûte pas moins cher que la médecine conventionnelle. En effet, les patients soignés avec de l’homéopathie coûteraient 20% de plus aux assurances sociales. Aujourd’hui, certains médicaments sont remboursés à hauteur de 30% par la Sécurité sociale.

Agnès Buzyn, la ministre de la santé avait déjà abordé le sujet en indiquant que si l’homéopathie n’était pas utile, elle ne serait plus remboursée. La ministre avait mandaté la Haute Autorité de la santé pour rendre ses conclusions. Attendu en février 2019, ce rapport ne sera pas disponible avant le printemps prochain : « c’est un travail immense d’évaluer l’homéopathie et son maintien au remboursement » a indiqué la HAS.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES