Assurance santé

Klein Blue Partners fait un panorama des start-up de l'e-santé pour les assureurs

Publié par le

Le secteur de l'e-santé connaît un essor important

En France, le secteur de l'e-santé est en plein essor. Le cabinet de conseil Klein Blue Partners a donc établi son panorama des start-up de l'e-santé parmi les plus prometteuses à destination des assureurs. Sont incluses 50 entreprises dont certaines sont déjà connues par les assureurs et d'autres plus récentes mais au grand potentiel. Ce panorama a été publié en exclusivité sur l'Argus de l'Assurance.

Un panorama de Klein Blue Partners en plusieurs catégories à destination des assureurs

Pour constituer son panorama, Klein Blue Partners a pris le parti de n'inclure que les start-up accusant déjà d'une certaine expérience. Les plus jeunes entreprises présentes ont donc été créées au plus récent en 2016. Mais pour choisir, le cabinet de conseil dispose d'un large panel : « plus de 1 400 start-up en e-santé dont le siège social est en France », peut-on lire dans leur communiqué.

Quatre critères ont été retenus pour sélectionner les 50 start-up du panorama :

  • la maturité et la dynamique de la start-up ;
  • les références clients ;
  • les fonds levés ;
  • le lien étroit avec l'industrie de l'e-santé, hors Medtech et Biotech.

Klein Blue Partners a en outre choisi de les classer selon 9 catégories différemment réparties. Ces catégories sont les suivantes :

  • aide au diagnostic ;
  • aide à l'intervention ;
  • aide au suivi patient ;
  • handicap et Silvertech, IoT (Internet des objets)/Santé ;
  • logistique et parcours de soin ;
  • prévention et coaching santé ;
  • services aux professionnels ;
  • télémédecine et prise de rendez-vous.

Cette dernière catégorie est particulièrement fournie et regroupe 10 des 50 entreprises sélectionnées. Les assureurs sont déjà familiers de certaines d'entre elles comme Doctolib, Qare, deuxièmeavis.fr ou encore MédecinDirect. La catégorie « aide au suivi patient » est également bien pourvue avec 8 start-up dont Voluntis, TeleCare, Dental Monitoring, Observia ou encore Kap Code. 7 autres entreprises sont dédiées à la logistique et aux parcours de soin, 6 aux services aux professionnels de santé, 5 à la prévention et au coaching santé, 5 à l'IoT/Santé, 4 au handicap, 4 également au diagnostic et une seule à l'aide à l'intervention.

Les enjeux de l'e-santé en France

Ce panorama pourra notamment aider les assureurs à développer leurs partenariats en e-santé, un secteur qui connaît un fort développement depuis quelques temps. On entend par e-santé « l'application des technologies de l'information et de la communication (TIC) à l'ensemble des activités en rapport avec la santé », d'après le « Petit guide d'exploration de la santé numérique » publié en 2015 par la Fondation de l'Avenir.

Avec la pandémie de Covid-19, les mesures de confinement et de distanciation sociale, la téléconsultation a notamment connu une progression importante. Cela s'explique notamment par la prise en charge à 100 % par l'Assurance Maladie de la téléconsultation depuis le mois de mars dernier.

Des collaborations avec des entreprises de l'e-santé pourrait également les aider à diversifier leur catalogue, qui se trouvent toujours plus contraints par la législation et la standardisation des garanties de santé par le gouvernement. Cela serait d'autant plus pertinent que les Français attendent beaucoup de l'e-santé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES