Assurance santé

L'Assurance maladie et Agnès Buzyn s'attaquent aux soins dentaires

Publié par le , Mis à jour le 22/02/2018 à 16:06

L'Assurance maladie avait présenté 3 modes de remboursement pour les prothèses

Le remboursement des frais dentaires est un vaste sujet évoqué à la fois par l’Assurance maladie et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Le reste à charge zéro ainsi qu’une modulation de la couverture des prothèses ont été annoncés.

Une promesse « tenue d’ici 2022 »

La mise en application de ces annonces va certainement permettre à de nombreux Français d’accéder aux soins dentaires. Le reste à charge zéro était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, très largement reprise depuis quelques mois par la ministre de la Santé. Agnès Buzyn vient justement d’évoquer le sujet en annonçant que la promesse sera « tenue d’ici 2022 » et que les négociations devraient aboutir avant le mois de juin 2018.

Une annonce qui suit celle de Nicolas Revel, directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam). Vendredi dernier, l’Assurance maladie a présenté ses propositions pour le reste à charge zéro. Ces dernières s’axent autour de 3 formes de prise en charge :

  • Les actes de base avec un reste à charge zéro (cela concernerait 46,6 % des actes) ;
  • Les actes intermédiaires avec un reste à charge modéré pour le patient ;
  • Les soins hauts de gamme qui ne seront pas remboursés.

L’Assurance maladie mise aussi sur la prévention

La prise en charge des soins dentaires se ferait donc en fonction de la visibilité des dents. Les dents visibles (incisives et canines) seraient en clair mieux remboursées que celles du fond. La CNAM détaille que pour « garantir l’accès de tous à des matériaux dont la qualité esthétique soit adaptée à la localisation de la dent concernée », ces dents visibles seraient soignées avec des prothèses céramiques. Outre les soins, l’Assurance maladie veut également mettre l’accent sur la prévention, et ce dès l’enfance. L’objectif est d’éviter des soins lourds et couteux.

Le zéro reste à charge plus facile à appliquer pour le secteur dentaire

Pour rappel, les soins dentaires ne sont pas les seuls concernés par le zéro reste à charge. Le gouvernement compte également le mettre en place pour les lunettes et prothèses auditives. « Les trois filières sont traitées de façon très différente parce qu’elles posent des questions différentes de répartition des marges entre les différentes professions impliquées », a indiqué Agnès Buzyn. Pour la ministre, le reste à charge zéro est plus facilement applicable aux soins dentaires car « les filières d’audioprothèses et d’optique sont plus complexes ». Ces dernières font en effet intervenir plus de personnes.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES