Assurance santé

L'homéopathie n'est plus remboursée, mais votre mutuelle peut encore la prendre en charge

Publié par le , Mis à jour le 06/01/2021 à 17:09
124 vues 1 réaction Note

Selon le laboratoire Boiron, 3 Français 4 auraient déjà pris de l'homéopathie.

Ce début d’année 2021 signe la fin du remboursement de l’homéopathie. Connue en France depuis le XIXᵉ siècle, cette médecine alternative pourra toutefois toujours être prise en charge par certaines mutuelles. Explications.

Fin de partie pour l'homéopathie

La pilule est amère pour les partisans des granules sucrées. Depuis le 1er janvier, l’homéopathie n’est en effet plus du tout remboursée par l’Assurance maladie. La fin de cette prise en charge était attendue, ayant été annoncée dès 2019 par la ministre de la Santé de l’époque, Agnès Buzyn.

À l’époque, les pouvoirs publics s’étaient tout simplement rangés derrière l’avis de la Haute autorité de santé (HAS), qui, en juillet 2019, avait conclu à l’absence d’efficacité avérée de ces produits pharmaceutiques. Pour permettre aux adeptes de se préparer au déremboursement, et aux laboratoires de s’organiser eux aussi en conséquences, la prise en charge par la Sécurité sociale avait déjà été abaissée début 2020 : le taux de remboursement était alors passé de 30% à 15%. 

Votre mutuelle peut toutefois encore vous rembourser

Désormais, les patients devront payer de leur poche la totalité du prix de ces granules, sauf si leur mutuelle continue à en rembourser une partie. Mais comment le savoir ? Pour l’heure, les complémentaires naviguent encore à vue. Leur activité se concentre sur une autre réforme d’ampleur : celle du reste à charge zéro (ou du 100% Santé). 

C’est en effet cette année que doit entrer totalement en application cette mesure qui proposera aux patients des paniers entièrement remboursés pour des soins optiques, dentaires, et auditifs. Concernant l’homéopathie, il y a fort à parier que les soins associés soient intégrés aux prestations « médecines douces » ou « bien-être », au même titre que les autres médecines alternatives non-remboursées par l’Assurance maladie, à savoir l’ostéopathie, l'acupuncture ou encore l’hypnose.

Certaines mutuelles pourraient aussi continuer à intégrer les granules d’homéopathie à leurs remboursements (à hauteur de 15%) des paniers de pharmacie, au même titre que d'autres médicaments non-remboursés. Dans les deux cas, le prix de l’homéopathie risque fortement d’augmenter pour les patients, car le déremboursement par la Sécurité sociale entraîne aussi une hausse de la TVA (elle passera de 2,10% à 10%), qui risque de se répercuter sur l’étiquette.

Trouvez votre nouvelle mutuelle homéopathie en comparant en ligne

Si vous êtes consommateur d’homéopathie, la démarche la plus simple est donc de contacter votre mutuelle, pour savoir ce qu’elle prévoit à ce sujet. Vous pouvez aussi bien sûr comparer les mutuelles santé en ligne, pour trouver une complémentaire qui rembourse ce médicament. Malgré son déremboursement, les granulés et autres préparations conservent en effet ce statut, qui n’a rien à voir avec la notion d’efficacité. Rien ne devrait d’ailleurs changer pour la prise en charge des consultations chez votre médecin homéopathe : s’il est diplômé de la faculté de médecine, la séance est toujours remboursée par la Sécurité sociale.

Mais pour les 5 000 médecins formés à l’homéopathie en France, cette décision politique demeure difficilement compréhensible. Car, même si certains reconnaissent que l’homéopathie doit beaucoup au fameux effet placebo, elle ne pouvait donc « pas faire de mal » aux plus d’un Français sur dix qui en consommaient. 

Quelles économies pour la « Sécu » ?

Surtout, des partisans affirment que les économies qui vont être réalisées seront dérisoires pour la « Sécu ». En 2018, sur les 20 milliards d’euros remboursés par l’Assurance maladie en médicaments, l’homéopathie ne représentait en effet « que » 129 millions. Selon l’étude d’un laboratoire, l’homéopathie ne coûterait même rien du tout à l’Assurance maladie, en raison du faible coût des boites (2,50 euros en moyenne), qui serait couvert par la franchise médicale, à la charge de l’assuré. 

Il s’agit enfin également d’un coup dur pour les laboratoires mettant sur le marché ces produits. En particulier chez Boiron, principal producteur français (60% de leurs ventes d’homéopathie se font dans l’Hexagone). Le déremboursement a en effet affecté l’activité : elle était en recul de 17% l’année dernière, après une première chute de près de 12% en 2019. Le groupe lyonnais a donc logiquement annoncé en mars dernier la suppression de 646 postes, soit le quart de ses effectifs. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
CLB 07/01/2021 à 18:13
Intéressant et surprenant le fait de continuer à rembourser les consultations et plus les granulés !

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES