Assurance santé

La CNIL valide l'application de traçage numérique StopCovid

Publié par le , Mis à jour le 26/05/2020 à 16:57

L'application StopCovid devrait être disponible fin mai ou début juin

Ce mardi 26 mai, la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés) a validé le lancement de l'application de traçage numérique StopCovid destinée à lutter contre la pandémie de coronavirus COVID-19. Le parlement prononcera son verdict le mercredi 27 mai. Un lancement pourrait être prévu fin mai ou début juin.

La CNIL valide l'application de traçage numérique StopCovid

Dans son avis publié ce mardi, la CNIL a jugé que l'application StopCovid respectait la législation en ce qui concerne la protection de la vie privée et des données personnelles. La Commission a tout de même prodigué quelques indications concernant son fonctionnement. Elle recommande par exemple une « amélioration de l'information fournie aux utilisateurs, en particulier s'agissant des conditions d’utilisation de l'application et des modalités d'effacement des données personnelle » ainsi qu'une « une information spécifique pour les mineurs et les parents des mineurs ». Elle demande enfin la confirmation de la présence « d'un droit d'opposition et d'un droit à l'effacement des données pseudonymisées enregistrées ».

L'application StopCovid et son fonctionnement

Une application française pour lutter contre la propagation du COVID-19

L'application StopCovid a déjà été discutée par les experts et les acteurs concernés, et son développement est déjà très avancé. Son principe est simple : « prévenir les personnes qui ont été à proximité d’une personne testée positive, afin que celles-ci puissent être prises en charge le plus tôt possible, le tout sans jamais sacrifier nos libertés individuelles. »

Le gouvernement en définit quelques objectifs : « vous protéger, protéger les autres, et soutenir les efforts des soignants et du système de santé pour stopper au plus vite les chaînes de contamination et éviter une deuxième vague de l'épidémie de Covid-19. » StopCovid a effectué une phase de tests avec 60 militaires équipés de téléphones de 17 marques différentes. « L'application est techniquement opérationnelle et les tests conclusifs », a confirmé Bercy.

Sur base de volontariat et sans géolocalisation

Son fonctionnement se base sur le volontariat : un individu contaminé ne sera donc pas obligé d'avoir recours à StopCovid. Elle dépend en outre de la technologie Bluetooth et non de la géolocalisation de votre smartphone. « Lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique », précise Cédric O, Secrétaire d'État chargé du Numérique. À savoir que les utilisateurs utiliseront un pseudonyme afin de préserver leur anonymat.

Vie privée : une application qui provoque la méfiance

Toutefois, StopCovid suscite quelques craintes quant à la protection de la vie privée. Certains craignent notamment un prétexte de surveillance de la part des autorités. D'autre part, on peut craindre le vol de données confidentielles par des hackers mal intentionnés. D'autant plus que l'on peut douter de l'efficacité réelle d'un tel dispositif en France.

Précisons néanmoins que l'Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) a mis au point un protocole permettant d'empêcher l'identification des utilisateurs de l'application. « La seule information que vont stocker les serveurs, c'est le fait que AWXY18 a rencontré Z3P5 sans jamais remonter à l'identité réelle des utilisateurs », explique Olivier Berni, directeur général de Lunabee Studio, la start-up ayant développé l'application.

Enfin, un « bug bounty » a été mis en place par l'Inria pour pousser les spécialistes en cybersécurité à chercher les failles de l'application. La découverte d'une faille pourra être rémunérée jusqu'à 2 000 euros.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES