• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

La CPAM demande aux kinés parisiens de revoir leurs tarifs

Publié par le , Mis à jour le 20/12/2017 à 16:02

Les kinés dénoncent un tarif légal trop bas

L’assurance maladie a les kinésithérapeutes parisiens dans le collimateur. La Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de Paris juge trop excessif le dépassement d’honoraires de ces spécialistes.

Une majoration excessive pour certains kinés

La Sécurité sociale accuse. Début décembre, la CPAM de Paris a envoyé un courrier aux kinésithérapeutes de la capitale pour leur reprocher le tarif des dépassements d’honoraires. L’organisme de santé juge ces tarifs excessifs. En tout, ce sont près de 2 600 kinés qui ont reçu cette lettre sonnant comme un avertissement. Alors qu’une séance coûte en moyenne 18,27 €, le surcoût est de 5,94 €. L’assurance maladie estime qu’à Paris, 46,9 % des actes chez ces spécialistes incluent un dépassement d’honoraires.

Des tarifs légaux jugés trop bas

Représentant 32,5 % du tarif de la consultation, le dépassement d’honoraires est jugé nécessaire par les professionnels. Ces derniers expliquent qu’avec un tarif légal trop bas, cette majoration leur permet d’assurer leur pérennité. Dans une tribune dans le journal Le Point, Stéphane Demorand, masseur-kinésithérapeute explique que « beaucoup de kinés parisiens travailleraient à perte » s’il n’existait pas le dépassement d’honoraires.

Le syndicat des masseurs-kinésithérapeutes rééducateurs de Paris (SMKRP) pointe également « une grande diversité de pratiques ». En effet, la CPAM considère 50 kinés comme étant des « gros dépasseurs ». Pour le reste, l’organisme a rappelé à l’ordre 800 kinésithérapeutes en leur demandant de se conformer à la loi. Les autres ont simplement reçu une information sur la législation en vigueur.

La couverture santé en question

Les principaux bénéficiaires d’une interdiction du dépassement d’honoraires seraient les complémentaires santé selon Stéphane Demorand. Le professionnel estime que l’objectif est d’améliorer la rentabilité de ces organismes. En effet, ce sont les mutuelles qui remboursent ce reste à charge. Les patients ont de fait besoin d’une bonne couverture santé afin que les séances de kiné soient au mieux remboursées. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES