Assurance santé

La pilule contraceptive réduirait une zone du cerveau

Publié par le , Mis à jour le 10/12/2019 à 15:51

La pilule aurait des effets sur le cerveau des femmes

C’est une zone du cerveau qui régule des fonctions comme la libido, l’humeur, l’appétit ou encore le sommeil. Selon une étude américaine, l’hypothalamus serait plus petit chez les femmes qui utilisent une pilule contraceptive.

L’hypothalamus est 6% plus petit

Depuis plusieurs années, la pilule contraceptive pose questions. En 2013, les pilules de 3ème et 4ème générations provoquent la polémique suite à une plainte d’une jeune femme devenue lourdement handicapée après un AVC. Une attaque qu’elle impute à la prise de sa pilule. Face à un possible danger pour la santé, nombreuses sont celles à abandonner cette contraception.

On apprend aujourd’hui, que le premier moyen de contraception en France n’agit pas seulement sur l’ovulation mais aussi sur le cerveau. Selon des chercheurs du centre de recherche Gruss Magnetic Resonance de l’université de médecine Albert Einstein à New York aux Etats-Unis, les femmes qui auraient recours à une pilule contraceptive auraient une zone du cerveau plus petite que les autres.

Il s’agit de l’hypothalamus qui a pour rôle de produire des hormones et qui régule des fonctions comme l’humeur, la libido, le rythme cardiaque, le rythme du sommeil ou encore l’appétit.

Pour arriver à cette conclusion, les médecins ont suivi une cinquantaine de patientes dont une vingtaine qui utilisent la pilule. Toutes les volontaires ont été invitées à passer une IRM du cerveau. L’occasion pour les médecins de calculer le volume de leur hypothalamus. Ils ont ainsi découvert que cette zone était 6% plus petite chez les patientes qui prennent ce mode de contraception. Mais alors quelles conséquences sur la santé ? Actuellement, impossible de connaître les répercussions. Les patientes de l’étude ont montré les mêmes capacités mentales que les autres à deux différences près. Les femmes qui prennent la pilule sont davantage sujettes à la colère et aux signes de dépression.  

Pour les chercheurs, il est donc important de poursuivre « les recherches sur les effets des contraceptifs oraux sur le cerveau des femmes et leur impact sur la fonction cérébrale ».

Une pilule révolutionnaire à prendre une fois par mois

En attendant de connaître les dessous de ce produit, une autre équipe de scientifiques travaillent sur une pilule révolutionnaire. Pour simplifier la vie des femmes, des chercheurs américains ont élaboré une pilule à prendre une seule fois par mois. Fini le comprimé à prendre quotidiennement à heure fixe, une seule prise sera suffisante.

C’est la forme en « étoile » du comprimé qui permet à une patiente de profiter des bénéfices du produit. Pour le moment, la pilule a été testée « in vivo » et « in vitro » sur des animaux. Des radios confirment que le médicament reste intact dans l’organisme des porcs. Les essais sur les humains ne sont pas prévus avant 2021.

Chez les hommes aussi, la contraception fait son petit bonhomme de chemin. D’ici 2020, la gente masculine pourra tester l’injection contraceptive. Un médicament élaboré par des médecins indiens capable de bloquer les canaux par lesquels passent les spermatozoïdes. Cette procédure annoncée comme réversible et sans le moindre effet secondaire est développée depuis près de 50 ans.

Le remboursement d’un contraceptif

Pour les femmes qui optent pourdes contraceptifs, sachez qu’ils sont remboursés par la Sécurité Sociale. Dans les faits, les protections sont remboursées à hauteur de 65% après une prescription médicale. Le reste de la somme peut être pris en charge par la complémentaire santé.

A noter que dans son avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020, le gouvernement souhaite que la contraception devienne gratuite pour les  moins de 15 ans. Aujourd’hui, cela n’est le cas que pour les jeunes filles de 15 à 17 ans.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES