Assurance santé

La pollution contamine l'ensemble des Français, alerte Santé publique France

Publié par le , Mis à jour le 04/09/2019 à 11:00

Santé : près de 70 polluants dans le corps des Français

Tous les Français seraient victimes de la pollution intérieure, selon une enquête de Santé publique France. Environ 70 polluants provenant de produits utilisés quotidiennement sont détectables dans le corps des adultes et des enfants.

Des polluants issus de produits du quotidien

Tous les Français renferment des polluants. Santé publique France publie ce 3 septembre 2019 les résultats de son enquête de biosurveillance Esteban, et le moins que l’on puisse dire est que ces résultats n’ont rien de rassurant. Bisphénols, éthers de glycol, parabènes, phtalates, etc … : tous les Français sont victimes de la pollution. Des tests réalisés entre 2014 et 2016 pour le besoin de l’étude ont permis de détecter 70 substances polluantes chez 2 503 adultes et 1 104 enfants. Des polluants que l’on retrouve dans des objets du quotidien tels que les produits d’entretien, des cosmétiques ou bien encore des jouets.

Pollution aux perturbateurs endocriniens

Pour Santé publique France, la plus grande inquiétude demeure dans la pollution aux perturbateurs endocriniens. Bisphénol, composés perfluorés, éthers de glycol, phtalates, parabènes et retardateurs de flamme : ces six polluants contaminent l’ensemble des Français, petits ou grands. Les plus jeunes seraient d’ailleurs les principales victimes. « Jouant souvent au sol, manipulant des jouets, les enfants sont au contact de ces polluants, que l’on retrouve souvent au sol dans les environnements intérieurs. Le contact main-bouche joue aussi un rôle », indique Sébastien Denys, directeur santé pour Santé publique France.

S’il est encore trop tôt pour dire que la pollution corporelle est dangereuse pour les humains, l’agence de santé publique recommande tout de même de limiter le recours à des cosmétiques et produits ménagers ainsi qu’à des aliments préemballés. Santé publique France espère néanmoins que cette étude permettra « d’établir des valeurs de référence d’imprégnation dans la population générale » et de « suivre dans le temps les évolutions des expositions ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES