Assurance santé

La pollution de l'air, un danger pour la santé

Publié par le , Mis à jour le 27/02/2020 à 13:57

La poluution de l'air devrait faire 9 millions de morts d'ici 2060

C’est une bombe à retardement. La pollution de l’air est un véritable danger pour la santé. D’ici 2060, entre 6 à 9 millions de personnes seront victimes des particules fines. Adultes comme enfants sont concernés par ce fléau quasiment invisible.

C’est la quoi la pollution de l’air ?

Elle est partout et c’est un véritable danger pour notre santé. Chaque année, la pollution de l’air est responsable de 48.000 décès. C’est 9% de la mortalité française. Elle n’est devancée que par le tabac (78.000 morts) et l’alcool (49.000 victimes).

Les principaux responsables ne sont autres que les particules fines qui vont pénétrer dans l’organisme et provoquer des cancers ainsi que des maladies respiratoires (asthme), neurologiques ou cardiovasculaires.

Sans grande surprise, les zones urbaines sont principalement touchées notamment en l’Ile-de-France, en région Nord-Est et dans l’axe Lyon-Marseille. À titre d'exemple, les non-fumeurs inhaleraient l’équivalent d’une cigarette tous les deux jours soit un demi-paquet par mois rien qu’en respirant l’air de Paris. Une moyenne qui peut atteindre deux cigarettes sur certains axes de la capitale. Les femmes enceintes sont aussi particulièrement sensibles et sont susceptibles d’accoucher prématurément.

En moyenne, un habitant d’une grande ville perdra 15 mois d’espérance de vie. Elle sera de 9 mois pour un habitant d’une zone rurale. Santé Publique France considère que 34.000 décès pourrait être évitables chaque année.

Quelles sont les conséquences de la pollution ?

Les adultes ne sont pas les seuls à souffrir de la pollution atmosphérique. Les enfants sont les premières victimes. En 2018, un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle que 600.000 enfants de moins de 15 ans décèdent chaque année à cause de la pollution.

Des morts liés à des infections aiguës des voies respiratoires. Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS considère que la pollution de l’air est « le nouveau tabac ». Il faut dire que chaque jour, 1,8 milliard d’enfants de moins de 15 ans respirent un air pollué.

L’Unicef est également monté au créneau en évoquant la dangerosité des particules fines pour le cerveau des bébés. Dans son rapport « Danger in the air » l’organisation explique qu’elles impacteraient « l’apprentissage des enfants, leurs mémoires, leurs capacités linguistiques et motrices ». Pis, la pollution de l’air pourrait aussi endommager la membrane qui protège le cerveau des substances nocives augmentant ainsi les risques de maladies comme Parkinson et Alzheimer.
L’association se montre particulièrement inquiète pour le continent asiatique. Les experts estiment que 16 à 17 millions d’enfants de moins de 1 an sont exposés à des concentrations de particules fines.  

Les décès liés à la pollution vont tripler d’ici 2060

D’ici 2060, les décès liés à la pollution de l’air vont tripler. Si le nombre de morts arrive à 3.7 millions par an, le chiffre devrait bondir jusqu’à atteindre 9 millions à travers le monde si aucune mesure d’envergure n'est mise en place. En première ligne : les Chinois et les Indiens dont le rôle n’est plus à démontrer dans l’augmentation de la pollution de l’air.

Outre les pertes humaines, l’économie mondiale pourrait être affectée avec 1% du PIB qui pourrait partir en fumée.

Que faire en cas de pollution atmosphérique ?

En cas de pollution, il n’est pas nécessaire de porter un masque car il ne peut pas filtrer les microparticules. Si une personne est asthmatique ou vulnérable, il est conseillé de :

  • Limiter ses déplacements sur les axes routiers et les abords
  • Limiter les activités physiques surtout en extérieur (le matin et le soir)
  • Adapter les horaires de sortie
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES