Assurance santé

La réforme des mutuelles fait baisser les ventes de lunettes

Publié par le , Mis à jour le 11/12/2018 à 14:41

12 millions de paires de lunettes ont été vendues en 2017

La modification de la réforme des complémentaires santé a modifié « les contrats responsables ». Résultats, les ventes de lunettes ont baissé tandis que les tarifs ont augmenté de 2%.

Augmentation de 2% en 2017

En 2017, 12 millions de paires de lunettes ont été vendues sur l’ensemble du territoire. Selon une étude de la Drees, le nombre de paires de lunettes vendues a diminué de 3%. Une baisse liée à la réforme des « contrats responsables ». Ces contrats mis en place dès l’année 2015 limitent la prise en charge à une paire de lunettes tous les deux ans sauf exceptions. De nouvelles conditions qui ont provoqué la chute du taux de renouvellement des lunettes passant de 34,6% en 2014 à 23,6% deux ans plus tard. Si les ventes de lunettes ont baissé, le prix a légèrement augmenté. Outre la durée de renouvellement des équipements, la réforme a aussi encadré les tarifs sur les montures et les verres. Résultats : « les prix se sont concentrés entre les planchers et les plafonds ». En clair, les prix se situent juste en dessous des plafonds. C’est ainsi qu’en 2015, le prix moyen d’une paire de lunettes a augmenté de 0,3%, de 1,2% en 2016 et de 2% en 2017, soit 469 euros. « On constate une forte concentration des prix des montures autour de 150 euros depuis 2015 » explique le communiqué de la Drees.

« Reste à charge zéro » à l'horizon 2021

En 2021, les Français pourront s’équiper de lunettes sans dépenser un euro. Actuellement, de nombreux patients n’hésitent pas à contracter un crédit pour régler des dépenses de santé. Ils sont 1 million à avoir eu recours à cette pratique. Face à ces difficultés, le gouvernement a souhaité mettre en place « le reste à charge zéro ». L’État souhaite ainsi qu’une personne n'ouvre plus son porte-monnaie pour s'offrir une nouvelle paire de lunettes. Seuls les soins d’optique, les prothèses auditives et les prothèses dentaires sont concernés par cette mesure qui devrait donc entrer en vigueur d’ici deux ans.

Dès le 1er janvier 2020, les opticiens devront proposer des montures à petits prix ne dépassant pas 30 euros. Des modèles pour les adultes mais aussi les enfants. Les opticiens  devront proposer des verres amincis et traités contre les reflets et les rayures. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES