Le « capital santé » des enfants en berne

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Le « capital santé » des enfants en berne

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Le « capital santé » des enfants en berne

|
Consultations : 1660
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Dans un communiqué récent, la Fédération française de cardiologie (FFC) tire la sonnette d’alarme. Elle s’inquiète de la sédentarité précoce qui frappe les jeunes. Faute d’une activité physique suffisante, ils ne constituent plus un bon « capital santé ». Etat des lieux.

Des loisirs trop sédentaires

Cardiologue au Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Rennes et membre de la FFC, François Carré a révélé qu’au cours des 40 dernières années, les collégiens avaient perdu « environ 25 % de leur capacité physique ».

Par exemple, ils courent moins vite et moins longtemps que leurs aînés. S’il fallait 3 minutes à un enfant pour courir 800 mètres en 1971, il a fallu 4 minutes à un enfant pour parcourir la même distance en 2013.

En cause, les loisirs actuels des enfants devenus « sédentaires » comme les jeux vidéo et la télévision qui sont préférés au sport et à la marche par exemple.

Ce manque d’exercice physique explique aussi partiellement l'obésité infantile en progression.

La responsabilité des parents

Santé : les loisirs trop sédentaires des jeunes enfantsLes enfants ne sont donc plus en mesure de se constituer un bon « capital santé » leur permettant d’éviter à l’âge adulte certaines pathologies comme le surpoids et le cholestérol. Et, François Carré de rappeler que les « acquis cardio-vasculaires se font jusqu’à 18 ou 20 ans ».

Président du Syndicat national des pédiatres français (SNPF), Francis Rubel estime quant à lui qu’il appartient aux parents de montrer l’exemple. Il préconise notamment de proposer une activité sportive à l’enfant dès l’âge de 6 ans car il sera plus difficile à convaincre « vers 8-10 ans ».

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS