• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Le reste à charge zéro en audioprothèse, dentaire et optique relancé

Publié par le , Mis à jour le 24/01/2018 à 14:55

Le gouvernement souhaite qu'une large gamme de produits soit proposée

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé mardi 23 janvier la volonté du reste à charge zéro en audioprothèse, dentaire et optique. Sa mise en place devra se faire sans hausse des tarifs des organismes complémentaires.

Les différents acteurs invités à «clore la concertation» dans 4 mois

Le reste à charge zéro, qui était jusque-là une promesse d’Emmanuelle Macron lors de la campagne présidentielle, est en passe de devenir effectif. Le remboursement intégral d’une offre de prothèses auditives et dentaires ainsi que d’optique a été évoqué mardi 23 janvier par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Cette dernière a annoncé avoir donné 4 mois aux différents acteurs concernés pour «clore la concertation». Des annonces devraient quant à elles être faites au cours du mois de juin prochain. Pour ce qui est de sa mise en œuvre, elle devrait survenir avant 2022.

A travers ces négociations avec les différents acteurs de l'optique et des prothèses dentaires et auditives, l’exécutif s’est donné 3 objectifs. Le premier concerne le choix. Le gouvernement souhaite offrir à l’assuré toute une gamme de produits avec zéro reste à charge. L’assuré ne se contentera pas par exemple d’une seule prothèse auditive mais d’un vaste choix. Pour ce qui est des audioprothésistes justement, Agnès Buzyn leur a demandé d’élargir les gammes de prix.

3 objectifs pour atteindre le reste à charge zéro

Le second objectif concerne la qualité de ces produits. Pour ce qui est de ce point, les différentes fédérations professionnelles sont déjà à pied d’œuvre pour définir un panier de soins. Il faut y mettre un minimum d'anti-reflets, de filtre anti-lumière bleue, la possibilité d'accéder à des verres progressifs, et à une qualité ultraspéciale » explique Stéphanie Dangre, PDG de la centrale d'achat de lunettes Supercent. Le troisième et dernier objectif est que sa mise en place se fasse sans hausse des tarifs des organismes complémentaires. « La demande a été faite aux organismes complémentaires de retrouver une marge de manœuvre pour ne pas augmenter leurs tarifs » a expliqué Agnès Buzyn.

L’optique : un secteur à réformer pour atteindre les objectifs

La suppression du reste à charge s’élèvera selon les experts à près de 4,4 milliards € par an. Le reste à charge moyen « cache des disparités et des problèmes d'accès aux soins majeurs sur certains postes » indiquait la ministre de la Santé. Une fois les remboursements des complémentaires santé et de l'Assurance maladie déduits, les patients règlent 22% de leurs soins d'optique et 23% de leurs soins dentaires. Pour ce qui est de l’optique, les professionnels vont devoir baisser leur prix. Les opticiens gagnent environ 62 % de marge. Pour faciliter les remboursements, plusieurs solutions seraient envisagées par le gouvernement. Les complémentaires privilégieraient leur réseau, la Mutualité française baisserait la prise en charge des montures de 150 à 100 euros et enfin une limitation des « verres de stock » chez les opticiens. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES