Assurance santé

Le système de santé « tiendra », déclare Édouard Philippe

Publié par le , Mis à jour le 14/04/2020 à 14:19

Le Premier ministre s'est exprimé le jeudi 3 avril sur TF1 et LCI pour faire le point sur le système de santé français

Depuis le mois de janvier, la pandémie de coronavirus COVID-19 ne cesse de s'étendre et touche toujours plus l'Europe. Dans une telle situation, l'hôpital français fait tout son possible pour assurer les soins aux patients souffrant de la maladie. Mais le système de santéfait face à un afflux constant de malades, excédant parfois ses capacités. Le Premier ministre Édouard Philippe a tenu à rassurer, mais a également annoncé un possible prolongement du confinement.

Le système de santé fait face à des difficultés grandissantes, mais « tiendra »

Depuis le début de la pandémie, le système de santé français fait face à une pression toujours grandissante. Depuis le 1er mars, coronavirus COVID-19 a eu raison de 4 503 personnes dans les hôpitaux et de 884 personnes au moins dans les EHPAD, d'après un bilan partiel annoncé le jeudi 2 avril. En effet, le recensement des décès au sein des maisons de retraite est toujours en cours, a averti Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Il a également constaté de « grandes inégalités dans le recueil entre régions ».

Les régions les plus touchées sont le Grand Est et l'Île-de-France. Face à la saturation des hôpitaux de ces régions, des évacuations ont eu lieu avec l'aide de l'armée française. D'après la direction générale de la Santé, 439 patients ont été évacués dans un état critique depuis le 18 mars. Le Premier ministre a en outre annoncé l'ouverture d'un « plateau ultramoderne » à l'hôpital Henri Mondor de Créteil (94). Il devrait permettre l'accueil de 86 patients supplémentaires. La préfecture de police de Paris a également annoncé la mise à disposition d'un bâtiment de marché pour faire office de funérarium et accueillir les cercueils des victimes du coronavirus.

Sur LCI et TF1 le soir du jeudi 2 avril, Édouard Philippe a voulu rassurer : le système de santé « va tenir », a-t-il promis. « L'essentiel est que le système tienne », et il « va tenir, mais il faut rester concentrés, mobilisés et vigilants », a-t-il ajouté.

Le confinement pourrait être prolongé, prévient le Premier ministre Édouard Philippe

Toutefois, les mesures de confinement risquent fortement d'être prolongées au delà du 15 avril tel qu'indiqué au départ. « La logique du confinement doit prévaloir, au moins jusqu'au 15 avril, […] et « probablement plus longtemps » si les conditions sanitaires l'exigent, a affirmé le Premier ministre. Les autorités sanitaires ont également commencé à se pencher sur les différentes stratégies de déconfinement. « Ce déconfinement ne pourra intervenir que de façon progressive », a-t-il souligné. Nous sommes en train de réfléchir à plusieurs scénarios » avec l'aide « des experts de la santé, des logisticiens ».

Plusieurs facteurs influeront sur le scénario choisi pour le déconfinement : disponibilité des tests pour le COVID-19, équipements de protection (gants, masques...), médicaments et remèdes... Car il faut ajouter que la concurrence est rude au niveau mondial pour se procurer toutes ces denrées essentielles. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France a par exemple allégué avoir vu les Américains rafler un stock de masques en provenance de Chine destiné à l'origine à la France. Les américains avaient « surenchéri » pour pouvoir l'obtenir. « Il faut maintenant obtenir les livraisons, c'est un exercice qui n'est pas toujours facile », a expliqué Édouard Philippe, évoquant « la demande considérable qui vient vers la Chine des États-Unis, de l'ensemble de l'Europe, du monde entier ».

Les contrôles seront renforcés pendant les vacances de Pâques

Autre question abordée par le ministre : les vacances de Pâques. Ces dernières débutent ce vendredi 3 avril pour la zone C (Île-de-France et Occitanie), mais les autorités se montreront intransigeantes. « Il ne doit pas y avoir de départs en vacances dans les jours qui viennent. Tous ceux qui seront en contravention se verront sanctionner », a prévenu Édouard Philippe. Les contrôles routiers seront donc renforcés sur les grands axes routiers ainsi que dans les gares et aéroports. Il a en outre mentionné que « l'offre ferroviaire est réduire à 6 % ». « Tout abus sera sanctionné », a-t-il affirmé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES