Assurance santé

Le télétravail envisagé par le gouvernement pour limiter les arrêts-maladie

Publié par le

Santé : le télétravail pour limiter les arrêts maladie ?

Alors que les dépenses en indemnités journalières sont en forte progression, l’exécutif réfléchit à l'usage du télétravail pour les limiter les arrêts maladie. Édouard Philippe s'est dit « ouvert » à cette solution pour raccourcir la durée de ces arrêts ainsi qu’éviter un retour trop brutal au travail.

Raccourcir la durée des arrêts et éviter un retour trop brutal

Les arrêts maladie reviennent sur le devant de la scène. Invité sur le plateau de RTL mercredi 14 novembre, le Premier ministre a confirmé avoir commandé une mission sur les arrêts de travail des salariés. Trop coûteux pour la Sécurité sociale, les arrêts maladie sont devenus un véritable cheval de bataille du gouvernement. Et la nouvelle piste évoquée est le télétravail. Edouard Philippe s'est ainsi dit « ouvert » au télétravail pour raccourcir la durée de ces arrêts ainsi qu’éviter un retour trop brutal au travail.

Cette piste, qui pourrait faire l’objet d’une proposition de lois dans les mois à venir, n’est néanmoins pas la seule à être envisagée. Le chef du gouvernement a notamment réaffirmé être favorable à la généralisation des feuilles d’arrêts maladie dématérialisée. Autre piste et volonté du gouvernement : encourager la prescription de temps partiels thérapeutiques.

Les arrêts maladie dans le viseur du gouvernement

Les arrêts maladie sont depuis quelques semaines, mois, dans le viseur du gouvernement. D’après les informations de RTL, le Premier ministre souhaite s’attaquer en priorité aux arrêts de travail courts mais aussi aux arrêts longs, ceux de plus de 6 mois. Si ces derniers sont très peu nombreux (seulement 7 % des arrêts de travail), ils représentent 44 % du coût des arrêts pour l'Assurance maladie.

La question du coût cristallise les tensions puisque celui-ci augmente année après année. Une progression qui suit logiquement la courbe ascendante du nombre d’arrêts de travail. « En trois ans, le nombre des journées indemnisées est passé de 11 à 12 par an et par salarié du privé. C'est comme si notre pays avait instauré un jour de congé supplémentaire ! », s’était alarmé le Premier ministre en août dernier. En juin dernier le journal Le Figaro révélait ainsi que les dépenses en indemnités journalières avaient progressé de + 5,7 % sur les 5 premiers mois de l’année 2018. Une hausse qui a été amorcée en 2014. Les indemnités ont en effet augmenté de + 4,6 % en 2015, + 3,7 % en 2016 et + 4,4 % en 2017.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES