Assurance santé

Les aliments ultratransformés auraient un effet néfaste sur la santé

Publié par le

Les effets néfastes des aliments ultratransformés sur la santé

Une nouvelle étude menée par des chercheurs français suggère un effet néfaste des aliments ultratransformés sur la santé. Une hausse de 10 % de leur proportion dans l'alimentation est associé à une augmentation de la mortalité de 15 %.

« Il ne faut pas être alarmiste pour le public », Mathilde Touvier à l’AFP

Les aliments ultratransformés pointés par une nouvelle étude. Des chercheurs français viennent de publier les résultats d’une étude portant sur les effets des aliments ultratransformés et plats préparés sur notre santé. Menée sur 45 000 Français de 2009 à 2017, cette étude de l’EREN, suggère un lien entre la consommation d'aliments ultratransformés et le risque de décès pendant la période. Les chercheurs, qui ont publié leurs résultats dans la revue de l'Association médicale américaine, Jama Internal Medicine, ont constaté qu'une hausse de 10 % de la part d'aliments ultratransformés dans l'alimentation correspondait à une augmentation de la mortalité de 15 %.

Le docteur Mathilde Touvier, directrice de l’EREN et l’une des auteures, indique toutefois qu’il s’agit d’une étude d’observation. Pour elle, cette étude mérite une exploration plus poussée. « Il ne faut pas être alarmiste pour le public et dire qu'en mangeant un plat préparé on a un risque supplémentaire de 15% de mourir », explique-t-elle à l'AFP.

A partir de quand des aliments sont considérés ultratransformés ?

Pour rappel, des aliments sont considérés ultratransformés, selon la classification « Nova », lorsqu’- ils ont subi des procédés industriels de transformation et contiennent de nombreux ingrédients (notamment des additifs). Si les plats préparés, sans additifs, congelé ou pas, n'en fait pas partie, les plats prêts à réchauffer ainsi que les sodas et snacks sont eux considérés comme ultratransformés. « De plus en plus d’études observent un lien entre ces aliments ultratransformés et les risques sur la santé. C’est une pierre de plus à l’édifice, qui fait écho aux résultats que nous avions précédemment observés sur le risque de cancer et sur le risque de syndrome du côlon irritable, et aux travaux d’autres équipes au niveau international sur l’hypertension ou encore l’obésité », explique le docteur Touvier.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES