Les allergies au pollen plus intenses à cause du climat cette année

Publié par Astrid Verdun le 20/06/2022 à 11:16 , Mis à jour le 20/06/2022 à 11:43

Difficile d’échapper au rhume des foins cette année. Plus sévères à cause des conditions météorologiques, les fortes concentrations de pollen font souffrir les personnes allergiques. Et ce n’est pas fini.

Une recrudescence d’allergies au pollen

Nez qui coule constamment, éternuements, démangeaisons, crises d’asthme : ces symptômes, les allergiques au pollen les connaissent bien, et particulièrement en cette année 2022. Selon le ministère de la santé, environ 20 % des enfants à partir de 9 ans et 30 % des adultes sont sensibles aux allergies au pollen en France.

Les allergologues alertent sur une déferlante d’appels de patients, sensibles à l’air ambiant. Même s’il n’est pas encore possible de quantifier cette augmentation, elle apparaît assez nettement pour le milieu. L’explication pourrait venir de plusieurs éléments, à commencer par le contexte. “En 2020, il y avait le confinement, donc les gens sont moins sortis. Et l’an dernier, le port du masque a pu protéger contre les allergies”, explique Pascale Couratier, directrice générale de l’association française pour la prévention des allergies, à l’AFP.

Pollens plus agressifs ? Réchauffement climatique ?

Hors contexte de crise sanitaire, la diffusion des pollens dépend des conditions climatiques. En effet, la chaleur aide à la pollinisation, elle a donc fortement contribué à la dispersion des pollens de graminées avec son apparition précoce cette année. L’alerte rouge a même été déclenchée par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), surveillant les particules biologiques dans l’air. Ce dispositif a encore de beaux jours devant lui ; le réchauffement climatique va provoquer des saisons allergiques plus longues et plus fortes, dans les années à venir.

Samuel Monnier, porte-parole du RNSA, déclare à l’AFP : “En 30 ans, on a déjà observé que les quantités de pollens de bouleau avaient augmenté de plus de 20 %”. Il explique également le bouleversement territorial des arbres et des plantes à cause du climat : “De plus en plus d’ambroisies, qui sont des plantes très allergisantes, se déplacent vers le nord, y compris en altitude”. 

Comment se protéger des allergies au pollen ?

Il n’existe qu’un traitement à long terme contre les allergies au pollen, c’est la désensibilisation, suivie par un allergologue ou un médecin. Cela permet à la personne de s’exposer régulièrement, et sur plusieurs années, à l’allergène à faibles doses pour que le corps s’y habitue et ne lutte plus contre celui-ci. 

Les traitements symptomatiques permettent quant à eux d'atténuer les symptômes au quotidien pendant les périodes de pollens. Il est aussi conseillé d’adopter les quelques gestes suivants :

  • aérer votre logement en fin de journée,
  • fermer les fenêtres lorsqu’il y a une tonte de gazon à proximité, 
  • laver souvent vos cheveux pour éliminer le pollen et éviter de se coucher sans l’avoir fait,
  • porter des lunettes de soleil en sortant pour ne pas avoir de démangeaisons oculaires.
Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES