Assurance santé

Les cas de rougeole en nette baisse en France début 2019

Publié par le

Rougeole : 81 patients ont dû être hospitalisés début 2019

Entre le 1er janvier et le 3 mars, 288 cas de rougeole ont été recensés, contre 745 sur la même période un an plus tôt. Une bonne nouvelle alors que l’OMS et l’Unicef alarmaient sur la recrudescence de cette maladie. L’année dernière, 2 800 cas avaient été enregistrés en France.

L’Auvergne-Rhône-Alpes, région la plus touchée en 2019

Fin de la recrudescence observée depuis 2017 ? La rougeole a touché 288 personnes en France entre le 1er janvier et le 3 mars. Si ce nombre paraît conséquent, c’est nettement moins que l'an dernier à la même période, a annoncé mercredi Santé publique France. Sur les deux premiers mois de l’année 2017, 745 cas avaient été enregistrés rappelle l'agence sanitaire publique dans son point de situation hebdomadaire.

Pour les mois de janvier et février de cette année, « 90 % des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés », détaille l’enquête. En tout ce sont 81 patients qui ont dû être hospitalisés, dont quatre en réanimation. La région Auvergne-Rhône-Alpes est la plus touchée avec 36 cas suspects et 14 confirmés. Également impactée, la Réunion a quant à elle enregistré 33 cas depuis le début de l'année.

2 800 cas enregistrés en France en 2018

Malgré le fait que les chiffres pour ce début d’année soient encore supérieurs à ceux des années 2013 à 2015, ils tranchent avec ceux de 2017 et 2018. L’année dernière, la France avait enregistré 2 800 cas de rougeole, dont trois mortels. Depuis fin 2017, le pays connaissait une recrudescence de la maladie. Un phénomène qui a alerté l’OMS et l’Unicef, toutes deux ayant publié des études inquiétantes. La semaine dernière, l’agence de l’ONU expliquait d’ailleurs que le France faisait partie des 10 pays responsables d'environ trois quarts de l'augmentation totale des cas l’année dernière.

Ce grand retour de la rougeole s’expliquait notamment par une baisse de la couverture vaccinale. Malgré son caractère obligatoire, le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) n’avait pas convaincu. La faute notamment à de fausses allégations liant l'autisme à la vaccination. Des rumeurs pourtant démenties par une dizaine d’étude, dont la plus récente publiée il y a quelques jours dans les Annales de Médecine interne aux Etats-Unis.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES