Les dépenses de santé font un bond de 7,9 % en 2021

Publié par Jordan Hervieux le 15/09/2022 à 15:44 , Mis à jour le 15/09/2022 à 16:36

Après une chute d’activité en 2020, les dépenses ont atteint 226,7 milliards d’euros, soit une hausse de 7,9 % comparé à 2020. Selon un rapport de la Drees publié le jeudi 15 septembre, ces dépenses ont connu la plus forte augmentation observée depuis 30 ans.

Tous les secteurs sont à la hausse

Depuis les années 1980, les dépenses de santé connaissent une hausse de 3,5 % par an. Mais en 2020, elles furent marquées par “une chute d’activité engendrée par les mesures de restrictions sanitaires” pointe le service statistique des ministères sociaux. Un an plus tard, c’est “l’ensemble des secteurs de soins” qui est responsable de la croissance des dépenses de santé selon la Drees.

La “consommation de soins hospitaliers a crû de 6,2 % dû à “un rebond important de l’activité, notamment dans le secteur privé” et par la “montée en puissance” des hausses des salaires du “Ségur de la santé”. Les soins de leur côté ont augmenté dans tous les secteurs, notamment chez les dentistes, avec une augmentation de 22,5 % après une importante récession en 2020. 

Certains soins ont également connu une augmentation très conséquente. Permettant le remboursement intégral de certains soins, la réforme “100 % santé” n'y est pas étrangère. Grâce à elle, la consommation des audioprothèses a connu un boom de 60 %, contre 40 % pour les prothèses dentaires et 15,8 % pour l’optique médicale.

Les laboratoires d’analyses biologiques (hors tests PCR) ont eux constaté un bond de leur consommation avec 9,5 % de hausse après une baisse en 2020.

Chiffré à 2,5 milliards en 2020, le coût global des tests de dépistage du Covid-19 a pour sa part constitué 7 milliards d’euros en 2021.

La contribution de l’Assurance maladie augmente, le reste à charge aussi

Sur toutes ces dépenses, la prise en charge de la Sécurité sociale, déjà au plus haut, a encore connu une hausse pour atteindre 79,8 %. De leur côté, les complémentaires santé ont vu leur contribution augmenter à 12,9 %, après une diminution en 2020.

Cependant, le “reste à charge” réglé par les Français a également augmenté à 7 %, soit 15,8 milliards d’euros. Malgré cette hausse, la France reste le deuxième pays de l’OCDE pour lequel ce taux est le plus faible selon la Drees.

La prévention pour stopper l’augmentation des dépenses

Afin de ralentir les dépenses, l’Assurance maladie veut faire le choix de la prévention. Elle souhaite d’ailleurs l’accentuer sur l’insuffisance cardiaque et généraliser la télésurveillance aux 300 000 malades les plus sévères.

Elle désire également développer un meilleur suivi à distance des malades du diabète dans le but de réduire les complications liées à la maladie. Le dépistage des cancers est aussi un des points sur lequel veut intervenir l’Assurance maladie afin de combler son retard et de traiter ces pathologies à partir de stades moins avancés.

Cette volonté sera censée apporter des “effets à long terme”, mais ces approches très spécifiques ne concernent qu’une minorité des économies visées pour 2023 avec 160 millions d’euros.

La plus grande part, estimée à 750 millions d’euros, concerne elle les médicaments, les dispositifs médicaux ainsi que les arrêts de travail et les transports sanitaires.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES