Assurance santé

Les frais de gestion des complémentaires santé ont augmenté depuis 2011

Publié par le , Mis à jour le 19/04/2019 à 10:51

Complémentaire santé : les frais de gestion en hausse depuis 2011

Une étude de la Drees montre que les frais de gestion des complémentaires santé ont sensiblement augmenté entre 2011 et 2017. Sur 100 € de cotisation, 20 € servent à financer ces frais. Le projet de loi permettant la résiliation des mutuelles santé à tout moment devrait limiter cette hausse, voir contraindre les organismes à pratiquer des baisses.

10 % des complémentaires affichent des frais de plus de 30 % du montant total

Des frais de gestion trop élevés. D’après un rapport de la Drees (la direction de la recherche, des études et des statistiques du ministère de la Santé) publié le 3 avril, les frais de gestion des complémentaires santé n’ont pas baissé entre 2011 et 2017. C’est même le contraire. Sur 100 € cotisés par un assuré, 80 € remboursent les frais de santé et 20 € financent les frais de gestion, soit une hausse de 1 % entre 2011 et 2017. Dans le détail, sur les 20 € de frais de gestion, 8 € sont utilisés pour les frais administratifs, 4 € pour gérer les sinistres et 8 € pour chercher de nouveaux clients.

Le service statistique des ministères sociaux alerte également sur le comportement de certains organismes. Alors que la moitié d’entre eux affichent des frais de gestion compris entre 17,5 % et 22,5 % du montant des cotisations, un sur dix pratique des frais de plus de 30 %.

Les organismes de complémentaire santé contraints de baisser les frais de gestion ?

En décembre dernier, Emmanuel Macron et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avaient rappelé les complémentaires santé à l’ordre en leur demandant une « maîtrise, voire une baisse des frais de gestion ». L’exécutif va toutefois être vigilant, alors même que les organismes de complémentaires santé s’étaient engagé à ne pas augmenter ces frais suite à l’entrée en vigueur de la réforme du reste à charge zéro. « Nous avons pris l’engagement de ne pas augmenter nos frais de gestion et de les baisser dans la mesure du possible », avait indiqué en décembre Bernard Spitz, président de la Fédération française de l’assurance (FFA). Le projet de loi permettant la résiliation des mutuelles santé devrait certainement les contraindre à respecter cet engagement. Alors que les assurés pourront résilier à tout moment et sans frais leur contrat de complémentaire santé au bout d'un an, les organismes vont devoir gagner en compétitivité.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES