Assurance santé

Les prix des médicaments en vente libre en hausse de 9 % en moyenne

Publié par le

Les prix des médicaments sans ordonnance en hausse de 9 %

Depuis leur autorisation de vente en accès libre, il y a 10 ans, les prix de certains médicaments se sont envolés, dénonce l’association de consommateurs Familles rurales. Entre 2010 et 2018, la hausse est de 9 % en moyenne.

Un manque de transparence sur les prix des médicaments

Les médicaments sans ordonnance coûtent de plus en plus cher. En 2008, le gouvernement adoptait un décret autorisant les pharmacies à vendre en « libre accès » certains médicaments sans ordonnance (produits OTC). Dix ans après, force est de constater que les prix se sont envolés. Selon les résultats de l’Observatoire des prix des médicaments 2018 de l’association de consommateurs Familles rurales, les prix de ces médicaments vendus sans ordonnance ont augmenté de 9 % en moyenne. Pour certains la hausse dépasse même les 25 %. Le Nurofen, Strepsils ou encore Maalox ont respectivement vu leur tarif progresser de 24,65 %,18,89 % et 11,68 %.

Pour l’association, « force est de constater que le gouvernement n’a pas réussi le pari d’offrir des prix publics concurrentiels et d’améliorer le pouvoir d’achat des citoyens ». Si ces produits coûtent de plus en plus cher, cela s’explique en grande partie par les deux hausses successives de TVA : de 5,5 à 7 % en 2012 puis de 7 à 10 % en 2014. Des hausses pourtant souvent passées inaperçues, selon Familles rurales, qui s’alarme sur un manque de transparence sur les prix des médicaments en pharmacie. « La moitié des médicaments sont sur des présentoirs situés derrière le comptoir des pharmacies » et « 75 % des boîtes sont dépourvues d’étiquette », déplore le rapport.

Des prix qui peuvent varier du simple au triple

Pour l’Observatoire des prix des médicaments, l’ouverture à la vente en ligne de médicaments OTC est également responsable d’avoir renforcer la « jungle tarifaire qui règne sur ce secteur ». L’association révèle ainsi des écarts de prix très importants, pouvant varier du simple au triple. En moyenne, l’écart tourne autour de 190 %. Le Nurofen, toujours lui, en est un bon exemple : 1,89 € sur certains sites internet, et 5,50 € dans quelques officines. L’écart le plus important est à mettre au compte du tube d’Activir. Cette crème indiquée dans le traitement des poussées d’herpès labial en application locale voit ses prix passer de 2€49 à 6€66 sur internet et de 2€99 à 9€20 en officine.

Face à cette situation jugée inquiétante, Familles rurales en appelle aux pouvoirs publics. L’association demande à ce que des sanctions soient prises à l’encontre des sites ou professionnels ne respectant pas les droits des patients.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES