Assurance santé

Livi : « La téléconsultation est entrée dans les réflexes des patients »

Publié par le , Mis à jour le 17/07/2020 à 14:40

Livi répond aux questions d'Assurland.com

En période de confinement, la téléconsultation remboursée depuis septembre 2018 par l’Assurance Maladie s’est invitée dans les foyers des Français. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Dans une interview, Maxime Cauterman, directeur médical de Livi répond aux questions d'Assurland.com.

Pouvez-vous nous présenter Livi ?

Lancé en France le 15 septembre 2018, Livi est un centre de santé digital accessible aux patients en téléconsultation. Livi permet aux patients d’avoir accès à un médecin généraliste en quelques minutes, où qu’ils soient sur le territoire. Ouvert 7j/7 de 7h à 00h, Livi est accessible via une application gratuite disponible sur smartphone et tablette (iOs et Android).

Livi dispose également d’un centre de santé physique installé à Créteil dans le Val de Marne (94), qui emploie en ce début d’année 2020 une centaine de médecins généralistes. Il propose d’une part d’accompagner et renforcer les organisations territoriales (MSP, centre de santé, CPTS, etc.) dans leurs projets de téléconsultation ou pour la gestion des soins non programmés ou de la permanence des soins; et d’autre part une solution technologique permettant aux médecins de téléconsulter avec leurs patients.

Livi articule son modèle autour d’une priorité : la qualité des soins apportée aux patients. Une direction médicale recrute et accompagne les médecins Livi, et s’assure d’un suivi sur-mesure des pratiques et des échanges. 

Comment se déroule une téléconsultation chez Livi ?

Elle se déroule via l’application disponible sur smartphone ou tablette, pour plus de facilité dans l’échange avec le médecin. Le patient s’enregistre sur l’application en quelques clics, répond à des questions simples concernant le motif de sa téléconsultation, et est mis en relation en quelques minutes avec un médecin traitant disponible, et ce quel que soit le lieu depuis lequel il consulte. A l’issue de la téléconsultation, il peut avoir accès au compte-rendu de cette dernière, qui peut également être transmise par Livi au médecin traitant, dans un souci de qualité et de continuité du parcours de soins.

Quel était le nombre de téléconsultations avant le confinement ? 

Depuis notre lancement, nous compatabilisons plus 2 000 000 en Europe. Depuis le 1er janvier 2020, les téléconsultations ont évolué respectivement de : 24% au global entre janvier et février, de 22% au global entre février et mars, et de 49% au global entre mars et avril.  

Ce chiffre a dû augmenter durant la période de confinement ?  

Ce chiffre a évidemment augmenté durant le confinement, avec les consultations liées aux symptômes COVID. Sur le volume, les symptômes COVID ou assimilés représentent 50% de croissance entre janvier et février, de 23% entre février et mars, de 87% entre mars et avril.

En France, le nombre de téléconsultations a été multiplié par 8 pendant le confinement.  

Cela fait quasiment deux mois que les Français sont déconfinés, utilisent- ils aussi souvent la téléconsultation ?

Il est évident que le nombre de téléconsultations s’est stabilisé depuis le déconfinement, mais nous constatons que cette période inédite a permis de transformer durablement les pratiques des Français. Nous constatons qu’elle est davantage entrée dans les réflexes des patients, et c’est une bonne nouvelle au global pour un meilleur accès aux soins sur tout le territoire.

Qui sont vos utilisateurs ?

Nos patients sont des français comme les autres, répartis sur l’ensemble du territoire, mais il est intéressant de noter que 63% de nos patients vivent dans un désert médical et 23% d’entre eux n’ont pas de médecin traitant
 
Notre modèle d’offreur de soins permet de combler les trous et permet à des patients éloignés du soin d’y accéder plus facilement, en complément de l’offre de soins de leur territoire.

Selon vous, les pouvoirs publics doivent-ils élargir le remboursement de la télémédecine ?

C’est l’un des constats partagés par les acteurs du LET (Les Entreprises de Télémédecine). Nous partageons bien entendu l’idée que la téléconsultation doit être parfaitement encadrée, régulée, et placée sous le signe de la qualité médicale.

Mais et si besoin était, la période récente l’a démontrée, elle apporte un véritable service aux patients qui ont besoin de consulter rapidement avec un médecin, quel que soit le lieu où il se trouve. La téléconsultation est l’une des réponses déjà opérationnelles à la lutte contre la désertification médicale, il faut s’en saisir. 

D’ailleurs, pouvez-vous nous rappeler les règles en vigueur ?  

L’avenant 6 prévoit que pour pouvoir rembourser le patient, la téléconsultation doit être réalisée entre un médecin traitant et son patient, ou avec un autre médecin à la demande du médecin traitant, et que ceux-ci doivent être connus du médecin téléconsultant, c’est-à-dire ayant bénéficié au moins d’une consultation avec lui en présentiel dans les douze mois précédents.

Des exceptions existent pour les patients dont le médecin n’est pas disponible, et permet à des offreurs de soins ancrés dans le territoire de prendre en charge les patients en téléconsultation.

Ces règles ont été partiellement revues et assouplies pendant la crise du coronavirus, permettant à au patient d’être remboursé pour toute téléconsultation COVID-19 ou symptômes associés, ce qui est une bonne chose pour les patients 

Selon l'association des entreprises de télémédecine (LET), près de 40% des téléconsultations sont réalisées le soir et le week-end. Cela vous étonne ?

Absolument pas, et c’est assez symptomatique de la place et du rôle joué par la téléconsultation dans le quotidien des Français : ils ont recours à cette dernière de manière complémentaire et raisonnée au regard du parcours de soins. Le soir et les week-ends, les cabinets médicaux sont fermés, ils viennent téléconsulter quand ils n’ont pas de solution, quand ils ont vraiment besoin de disposer d’un avis médical.

Nous répondons collectivement à un besoin des patients et permettons de participer, notamment, au désengorgement des services d’urgence. C’est la raison pour laquelle il nous semble indispensable, dans le contexte, de soutenir la téléconsultation et de lui donner sa bonne place.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES