Assurance santé

Loi santé : vers une généralisation des maisons de santé ?

Publié par le , Mis à jour le 13/02/2019 à 11:35

La France devrait compter entre 400 et 600 hôpitaux de proximité d'ici à 2022

C’est le grand jour pour Agnès Buzyn qui présente en Conseil des ministres sa loi santé. Un texte de 23 articles qui devrait simplifier le parcours santé du patient en généralisant les maisons de santé.

Simplifier le parcours de santé du patient

Agnès Buzyn présente sa loi santé en Conseil des ministres. Une loi "Ma santé 2022" dont les 23 articles seront discutés à l’Assemblée nationale dès le 18 mars 2019. Avec ce nouveau texte, le gouvernement souhaite généraliser les maisons de santé. Objectif : simplifier le parcours de santé du patient. Selon le Parisien, la France devrait compter entre 400 et 600 hôpitaux de proximité d'ici à 2022. Un budget sera octroyé pour réaliser des rénovations dans les établissements qui en ont besoin. Pour le moment, les critères de labellisation doivent encore être définis.

À la différence des CHU ou les hôpitaux intermédiaires, ces hôpitaux de proximité ne proposeront pas les services de chirurgie et de maternité. Ces établissements devraient s'orienter vers des missions hospitalières de proximité en médecine générale, en soins aux personnages âgées, en réadaptation ou encore en consultations de spécialités. Des établissements qui « disposeront tous de matériel de radiologie et d’analyse biologique » comme l’explique le Parisien.

Augmenter de 20% le nombre de médecins

En parallèle, la ministre de la santé devrait annoncer la suppression du numerus clausus limitant le nombre de places en deuxième année des études de santé. Une promesse d’Emmanuel Macron qui permettrait d’augmenter de 20% le nombre de médecins formés. En 2018, le quota était fixé à 13 523 étudiants dont 8 205 en médecine, 3 124 en pharmacie, 1203 en dentaire et 991 sages-femmes.

En revanche, même si la suppression du numerus clausus est annoncée, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur met en garde : la régulation ne sera pas pour autant abandonnée. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES