Assurance santé

Médicaments : vers de meilleures remontées d'informations ?

Publié par le

Un rapport préconise de meilleures informations liées aux usages des médicaments

Mise en place en décembre dernier, la « mission information et médicament » a remis lundi 3 septembre son rapport à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Plusieurs recommandations sont énoncées pour améliorer les informations liées à l'utilisation des médicaments.

Eviter une crise similaire à celle de Levothyrox

Les conclusions étaient attendues. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est vu remettre lundi 3 septembre, le rapport de la « mission information et médicament ». Mise en place en décembre 2017, cette mission liste différentes recommandations détaillées pour améliorer les informations liées à leurs usages. Pour la ministre, il s’agit également d’éviter une autre crise sanitaire en tirant les leçons de celles passées, comme celle du Levothyrox. Coprésidée par Magali Leo, représentante d’association de patients, et le docteur Gérald Kierzek, cette mission devait donc rédiger un rapport très attendu.

L’ANSM chargée de la communication d’urgence en cas d’alerte

Dès lundi, Agnès Buzyn a confirmé, par le biais d’un communiqué du ministère, son engagement « pour une information plus accessible, plus claire et plus réactive sur le médicament ». Pour y parvenir, la ministre de la Santé souhaite mettre en place une « stratégie de promotion de la déclaration des événements indésirables et le développement des technologies permettant de repérer des signaux faibles d’alerte en dehors du système de pharmacovigilance ». Pour ce qui est de la communication d’urgence en cas d’alerte sur un médicament, le communiqué du ministère indique qu’elle sera confiée à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Le dossier médical partagé généralisé « à compter d’octobre 2018 »

La mission préconise également de créer une plateforme en ligne (« Médicament Info Service ») afin que professionnels et patients puissent pourront retrouver des informations et témoigner via une ligne téléphonique. Un vocabulaire relatif aux médicaments simplifié ainsi que la mise en place d’une « source unique d’information publique sur le médicament en s’appuyant sur Sante.fr » font en outre parties des autres recommandations, rapporte l’AFP.

Toutes ces recommandations tirent dans le même sens, celui d’une meilleure information. Le rapport préconise ainsi « un effort accru de transparence » des pouvoirs publics sur les éventuels risques de chaque médicament. Agnès Buzyn en a aussi profité pour annoncer que le dossier médical partagé sera généralisé « à compter d’octobre 2018 ». Un moyen pour la ministre de « faciliter la coordination des soins entre les prescripteurs » et les pharmacies.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES