Assurance santé

Mois sans tabac : en 2017, 24 % des Françaises fumaient au quotidien

Publié par le

Mois sans tabac : la consommation recule sauf chez les femmes

Demain, jeudi 1er novembre, débute la 3ème édition du Mois sans tabac. Une édition qui axe notamment sa campagne d’information sur le tabagisme féminin. Alors que le nombre de fumeurs diminue depuis 50 ans, il augmente chez les femmes. Un phénomène qui conduit à une hausse des décès liés au tabac.

La consommation de tabac recule sauf chez les femmes

La 3ème édition du Mois sans tabac s’apprête à débuter. Outre proposer, comme lors des années précédentes, d’accompagner les fumeurs à se sevrer, Santé Publique France a décidé d’axer sa campagne de prévention sur les femmes. Et qui dit campagne de prévention dit étude chiffrée. A cette occasion l’agence nationale de santé publique a donc dévoilé une première étude dédiée au tabagisme féminin. Premier enseignement de cette enquête, si dans l’ensemble la consommation de tabac recul en France, ce n’est pas le cas chez les femmes. Alors que le nombre de fumeurs diminue depuis 50 ans, il augmente chez les femmes. Interrogé par Franceinfo, l'addictologue Michel Reynaud pointe la responsabilité du lobby du tabac : « Les femmes fumaient peu avant (les années 1970-1980, NDLR), c'était mal vu, c'était stigmatisé et les lobbies ont associé ça à la liberté, à l'autonomie, à la séduction et ça a terriblement marché ».

L’année dernière, 24 % des femmes de 18 à 75 ans déclaraient fumer quotidiennement, contre 30 % chez les hommes. Si les hommes sont toujours plus nombreux à fumer, les courbes tendent à se rapprocher. « Chez les hommes, la consommation de tabac est passée de 60 % dans les années 1970 à moins de 40 % au début des années 2000, puis s’est stabilisée. Chez les femmes, le tabagisme s’est, au contraire, installé depuis les années 1970 et stabilisé autour de 30 % jusqu’au début des années 2000 », explique le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Les femmes sont donc plus nombreuses à fumer, mais qu’en est-il lorsqu’elles sont enceintes ? Une seconde étude du BEH fait état d’une amélioration. En effet, en 2016, 45,8 % des femmes enceintes ont arrêté de fumer avant le 3ème trimestre, 37,2 % ont divisé par deux leur consommation, 16,9 % ont peu limité la cigarette et 16,2 % ont continué à fumer.

Le tabac tue de plus en plus de femmes

Si les femmes sont de plus en plus nombreuses à fumer, les maladies liées au tabac ont-elles aussi augmenté. AVC, cancers, infarctus : le tabac fait de plus en plus de victimes chez les femmes. Ainsi, entre 2000 et 2014, le nombre de femmes décédées du tabagisme a doublé en France : 19 022 en 2014 contre 8 027 en 2000. Parmi les différentes maladies en progression, le cancer du poumon touche toujours plus de femmes. Entre 2002 et 2012, son taux d’incidence a augmenté de 72 %. Le taux de mortalité lié au cancer du poumon a quant à lui progressé de plus de 71 % entre 2000 et 2014.

Ce constat peut également être fait pour la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive). Celle que l’on surnomme la « bronchite » du fumeur affecte deux fois plus de femmes. Entre 2000 et 2015, le taux de mortalité par BPCO a augmenté de 3 %. Pour ce qui est de l’infarctus du myocarde, son incidence a grimpé de 50 % entre 2002 et 2015.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES