Objets connectés et assurance : entre envie et craintes

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Objets connectés et assurance : entre envie et craintes

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Objets connectés et assurance : entre envie et craintes

|
Consultations : 1410
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Tout le monde parle des objets connectés. Une nouvelle technologie qui a également attiré l’attention des compagnies d’assurances, qui toutefois, hésitent à se lancer en raison de tentatives pas toujours fructueuses. La grande question : les assurés sont-ils prêts à fournir des données personnelles à leurs assureurs ?

L’expérience d’Axa avec Withings Pulse

En lançant sa complémentaire santé en ligne en 2014, Axa a également proposé aux assurés qui en font la demande de leur offrir Withings Pulse, un traqueur d’activités. L’idée mesurer le nombre de pas quotidiens, mesurer la qualité du sommeil, ou enregistrement d’autres données personnelles et selon les résultats, les assurés recevaient un chèque cadeau d’une valeur de 50 euros pour une séance de médecine douce.

Or, l’opération marketing a été un échec, aussi bien concernant la première étape concernant la demande de traqueurs (peu d’assurés l’ont demandé), que l’intérêt des assurés pour ce type d’objet, peut-être davantage considéré comme un gadget que comme un véritable outil de santé et de prévention. Mais par-dessus tout, les assurés ont été rebutés par l’idée de fournir leurs données personnelles liées à leur activité.

Une expérience que l’assureur français n’a pas réitérée, même si le secteur de l’assurance se montre intéressé par les objets connectés.

Objets connectés et santé : le véto de la CNIL

Les objets connectés de santé intéressent autant qu'il effraient ! Les données personnelles et particulièrement concernant la santé sont un sujet sensible. Les assureurs l’ont bien compris et refusent de s’engouffrer dans une brèche qui pourrait bien se refermer sur eux, par une levée de boucliers de leurs assurés ou des organisme tels que la CNIL. De plus, l’enjeu reste encore inconnu en termes de retour sur investissement.

Ce qui n’empêche pas les assureurs de commencer à proposer des plateformes en ligne, tournant autour de la prévention.

En tous cas, la modulation de tarif de l’assurance santé pour les objets connectés en santé n’est pas pour tout de suite. Ce qui fonctionne déjà en assurance auto aura du mal à être mis en place pour l’assurance santé. Le principe consistant à payer son assurance en fonction de son comportement sanitaire (bouger, bien manger, dormir, etc.) risque de mettre du temps à se mettre en place.

La Cnil craint surtout changer la vision de la santé, en reportant sur l’individu le maintien en bonne santé.

 

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS