Assurance santé

Octobre Rose : les retards de diagnostic inquiètent la Ligue contre le Cancer

Publié par le , Mis à jour le 06/10/2020 à 10:40

Octobre Rose est le mois de sensibilisation du cancer du sein

En ce mois d’Octobre Rose, les retards de diagnostic inquiètent la Ligue contre le Cancer. En effet, des « retards de cinq, six mois » sont à déplorer. Des retards qui peuvent avoir des conséquences sur la santé des patientes.

Des retards de cinq, six mois dans les diagnostics en raison du Covid-19

En France, 1 femme sur 8 risque de développer le cancer du sein. Comme chaque année, le mois d’octobre met en lumière la lutte contre cette maladie. Aujourd’hui encore, le cancer du sein reste le 1er cancer chez la femme avec plus de 12.000 décès par an.

La campagne Octobre Rose a pour objectif de sensibiliser au cancer du sein et surtout encourager les femmes à se faire dépister. Selon les chiffres, le dépistage des femmes entre 50 et 74 ans a permis de  faire reculer la mortalité de la maladie de 20%.

Un dépistage qui devient plus que jamais essentiel. En raison de la crise sanitaire et du confinement, des retards de diagnostic ont été recensés. Une situation qui inquiète la Ligue contre le Cancer : «  Durant cette période de confinement, sur les trois mois, il n’y a eu que la moitié des diagnostics de cancer auxquels on s’attendait » explique Axel Kahn, son président au micro d’Europe 1. « Par conséquent, alors que des retards de diagnostic de deux, trois mois ne doivent pas porter à conséquence normalement, on en est maintenant sans doute dans certains cas à des retards de cinq, six mois ». Des retards qui peuvent avoir des conséquences fatales pour certaines patientes.

Outre le dépistage, le Covid-19 a eu d’autres effets : des interventions non urgentes décalées ou des patients qui hésitaient à se rendre à l’hopital de peur d’attraper le virus.  

Pour éviter des tragédies, il est important qu’une femme soit suivie régulièrement. Un suivi doit avoir lieu tous les 6 mois ou tous les ans dès l’âge de 30 ans. Par ailleurs, médecins comme associations insistent pour la pratique de l'auto-palpation.

D’après les données de l’Assurance Maladie, près de 80% des cancers du sein se développent après 50 ans. Un dépistage est donc nécessaire pour les femmes âgées de 50 à 74 ans qui n’ont pas de symptômes et sans facteurs de risque particuliers de cancer du sein.

Pour les celles qui ont besoin d’un suivi spécifique, l’Assurance Maladie propose une prise en charge à 100% pour les examens recommandés par les professionnels. Dans ce cas, la patiente n’a rien à payer, c’est l’Assurance maladie qui se chargera de régler le radiologue.

Si un dépistage est nécessaire entre 50 et 74 ans, les femmes de plus de 74 ans doivent elles aussi passer un test. Aujourd’hui, elles représentent un quart des nouveaux cas de cancer.

Quels sont les signes à surveiller dans le cas d’un cancer du sein ?

Il est important de surveiller ses seins. Certains signes doivent vous inciter à consulter rapidement un médecin :

  • Une boule ou une grosseur dans le sein ou dans l’aisselle
  • Un écoulement anormal
  • Une rougeur ou un aspect irrégulier « peau d’orange »
  • Une rétraction au niveau du mamelon.
 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES