• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Optique : les Français consultent moins

Publié par le , Mis à jour le 15/10/2014 à 17:16

En marge de la Journée mondiale de la vue qui s’achève le 18 octobre prochain et qui permet de tester gratuitement votre vision, l’on apprend que  les Français sont de moins en moins nombreux à consulter leur ophtalmologiste. Il faut dire aussi que les délais d'attente pour avoir un rendez-vous n’ont jamais été aussi longs. Coup de projecteur.

108 jours avant un rendez-vous

Si l’on en croit les derniers chiffres recueillis par Le Parisien auprès du Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF), il faut en moyenne patienter 108 jours pour pouvoir consulter un ophtalmologiste dans l’Hexagone.

Et il ne s’agit que d’une moyenne ! Ainsi, dans la Loire et le Finistère, cette attente avant un rendez-vous providentiel approche les 200 jours. En région Ile-de-France, si la capitale n’est pas trop à plaindre, il faut patienter entre trois et six mois en Seine-et-Marne et dans l'Essonne.

On ne s’étonnera pas dès lors que les Français soient moins nombreux à consulter un spécialiste. Ainsi, d’après le dernier baromètre de la santé visuelle, 72 % d’entre eux ont fait contrôler leur vue ces deux dernières années. Ils étaient 78 % l’année dernière.

Pourquoi cette attente ?

Au-delà des chiffres, comment expliquer ce « dérapage » des délais d’attente pour la consultation d’un ophtalmologiste ?

Il y a d’abord le nombre important de départs à la retraite d’ophtalmologistes non remplacés faute de remplaçants. Car, pendant de nombreuses années, l’Etat n’a pas ouvert suffisamment de postes dans les facultés. Au ministère de la santé, on essaie de rectifier le tir signalant que le nombre de postes a fortement augmenté passant de 106 en 2010 à 150 aujourd’hui.

Il y a ensuite la décision prise par les professionnels de santé eux-mêmes qui n’ont pas forcément le désir de s’installer dans un « désert médical ».

Pour vos besoins en optique, n’hésitez pas à souscrire une assurance santé. Cela vous permettra de bénéficier d’une bonne prise en charge complémentaire et de compenser le désengagement assez marqué de la Sécurité sociale.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES