Assurance santé

Paracétamol : quels sont les dangers de ce médicament courant ?

Publié par le

La surdosage de paracétamol est dangereux

D’après les dernières informations, la mort de Naomi Musenga serait liée à un surdosage en paracétamol. Une triste affaire qui rappelle que ce médicament n’est pas si anodin et peut même se révéler dangereux dans certains cas.

500 millions de boîtes de paracétamol achetées chaque année

Le paracétamol, est-il si anodin que cela ? Il n’y a nul besoin de faire d’enquêtes pour savoir qu’un grand nombre de Français détient du paracétamol dans son armoire à pharmacie. Ce médicament, que l’on obtient sans ordonnance, est courant, souvent perçu comme anodin. Le Doliprane est d’ailleurs le médicament le plus consommé en France. Mais ce n’est pas le seul. Efferalgan, Dafalgan : chaque année, 500 millions de boîtes de paracétamol sont achetées.

Mais existe-t-il des risques ? L'affaire Naomi Musenga vient nous rappeler que s’il a des bienfaits, le paracétamol peut également se révéler dangereux dans certains cas. Selon le procureur en charge du dossier de Naomi Musenga, la jeune femme serait décédée suite à une « intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours ». Preuve qu’il existe quelques dangers. « Le paracétamol, c'est la meilleure et la pire des choses. C'est un médicament anodin, très bien toléré dans 99,999 % des cas, mais qui devient une arme extrêmement dangereuse quand il est utilisé en dehors des clous », indique à l'AFP le pharmacologue François Chast.

Paracétamol : une des premières causes de greffe du foie en France

Un dosage est bel et bien à respecter lorsque l’on prend ce médicament. Comme indiqué dans les notices, le dosage est de 500 milligrammes à 1 gramme toutes les 6 à 8 heures, avec une dose maximale de 3 à 4 g/jour. Une dose que certains n’hésitent pourtant pas à dépasser. Et les pharmacies ne sont pas exemptes de tous reproches. Selon une enquête réalisée par l’association UFC-Que choisir et relayée par France Info, 24 % des pharmaciens conseillent de dépasser cette dose maximale. Une surdose potentiellement dangereuse. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), « une dose unique de 10 à 15 grammes suffit à provoquer une nécrose hépatique pouvant être mortelle ».

La consommation prolongée est elle aussi dangereuse. « Quand on prend 4 grammes par jour pendant plusieurs jours, en particulier si on consomme de l'alcool en même temps, c'est de nature à provoquer une hépatite médicamenteuse dite fulminante, c'est-à-dire radicale rapidement », détaille François Chast. Une mauvaise prise peut en effet conduire à une destruction du foie. Il s’agit d’ailleurs d’une des premières causes de greffe du foie en France. Chaque année, 70 victimes du paracétamol doivent être greffées.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES